parution 05 mars 2009  éditeur Emmanuel Proust Editions  collection Atmosphères
 Public ado / adulte  Thème Western, Historique, Humour

Chemins de fer

La réception malheureuse d’une mystérieuse malle par Elias, en gare, annonce l’arrivée des ennuis, de gros ennuis, mais aussi celle de la femme de sa vie… 80 planches délicieuses d’une aventure « à l’Ouest », au propre comme au figuré.


Chemins de fer, bd chez Emmanuel Proust Editions de Pomès
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Emmanuel Proust Editions édition 2009

L'histoire :

Quatorze heures trente. Le train de midi douze arrive en gare du bourg. Là, au milieu de nulle part, l’employé de chemin de fer du train jette sur le quai une malle ainsi qu’une drôle de carte postale. La malle, c’est Elias, le chef de gare, qui la récupère. Il la rentre avec lui au bureau de la gare. Puis passe le facteur. Lui rapporte la carte postale qu’il a trouvée égarer sur le quai. La carte est adressée à Elias de la part de son oncle. L’oncle est parti il y a déjà deux mois à la grande ville. Le hic, c’est que peu après il en est revenu dans une petite boîte en bois blanc, « les pieds devant » comme on dit. Elias dut donc dire un dernier revoir, pour de bon, à son oncle. Et voilà cette carte. Elle aura mis deux mois à lui parvenir. Et la malle. Que renferme-t-elle ? Elias et ses amis – le facteur et le vieil Isidore – ont à peine le temps d’y jeter un coup d’œil que deux gorilles tambourinent à la porte. Ces messieurs viennent sans doute récupérer le « colis »…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C’est une histoire de trains. 80 pages d’un aller et retour entre un bourg perdu au milieu de nulle part – façon « Far West » – et la grande ville où sévit la pègre. Une histoire de trains et d’une malle. Une drôle de malle arrivée en gare du bourg à quatorze heures passées par le train de midi douze, parti à six heures douze de la grande ville. En gros voilà, c’est de là que tout est parti (…). Cyrille Pomès, remarqué dès ses débuts il y a quatre ans avec A la lettre près (2005), poursuit son petit bout de chemin et signe là un nouveau one-shot remarquable de maîtrise et d’adresse. 80 planches mitonnées aux petits oignons, aux dialogues délicieux et aux personnages hauts en couleur. Difficile de situer précisément l’action. L’artiste pioche à l’envie dans la panoplie du malfrat de la grande époque comme dans celle du « petit » western. Des trois scènes qui composent au début l’intrigue – la gare du bourg, la grande ville et la planque des apprentis retraités de l’attaque de trains (+ les orphelins) – Cyrille Pomès n’en retient qu’une : la gare du bourg, et les trains qui y passent. L’ensemble des acteurs y est en effet progressivement rassemblé en vue du règlement de compte final ! Le ton oscille volontairement entre humour décalé et réalisme brut. On ne s’ennuie guère jusqu’au fin mot de l’histoire et l’étrangeté de la malle ajoute des vrais airs de nouvelle fantastique appréciables. L’édition est soignée, 80 pages N/B dessinées d’un trait plutôt bonhomme, jovial, se faisant plus anguleux et incisif quand il s’agit des personnages (sur les visages notamment) ou quand vient l’orage ! Une question demeure : quid d’une possible couleur ? L’album présente en effet des flagrances de version 2B. Les encrages paraissent parfois légers et il est indéniable qu’une couleur apporterait. Sans plus d’information, savourons déjà la présente édition en attendant, qui sait, une encore meilleure surprise…

voir la fiche officielle ISBN 9782848101859