parution 30 mars 2016  éditeur EP Editions  Public ado / adulte  Thème Thriller

Bunny

(intégrale)

Bunny doit réunir une somme colossale pour espérer s’extraire d’une île carcérale violente. Choisira-t-elle la voie du crime ou celle de la besogne destructrice ? Une métaphore sociale un brin caricaturale, mais pas si bête dans le fond…


Bunny, bd chez EP Editions de Fournier, Deschard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©EP Editions édition 2016

L'histoire :

Contrairement à sa sœur devenue une riche mannequin, Mio Templar est une fainéante oisive et caractérielle, au look gothique. Afin de la pousser à se prendre en charge, son père, à la tête d’une multinationale, lui propose un pacte : 200 millions, à condition de participer à un parcours au sein d’un « camp expérimental ». La somme est alléchante, Mio accepte. Elle se retrouve ainsi menottée et débarquée sur une île, en compagnie de deux autres prisonniers. En plus de lui tatouer un petit lapin sur le dessin de la main, ses gardiens lui expliquent sommairement la règle du jeu : elle va être livrée à elle-même sur cette île régie par une organisation sociale propre. Chaque prisonnier doit réunir 50 000 destas, la monnaie locale, pour pouvoir acheter son billet de sortie. Travailler à l’usine (ultra polluée !) rapporte 100 destas par jour, une fois la nourriture payée. Mio fait vite le calcul : si elle travaille non-stop pendant un an et demi et que rien de fâcheux ou de coûteux ne lui arrive, elle mettra un an et demi pour sortir de ce trou… Un délai bien trop long, trop aléatoire et trop destructeur. Elle cherche donc d’autres biais pour gagner beaucoup d’argent en peu de temps. Il semble que certains détenus aient trouvé une solution dans l’extrême violence : en assassinant les comparses endettés, on gagne l’équivalent de leurs dettes ! Inversement, assassiner un détenu créditeur, rabaisse le compte du meurtrier d’autant. Pour le moment, Mio devenue Bunny ne craint rien : elle est dans le positif de +100 destas, offerts à l’entrée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un premier tome de diptyque était paru chez EP en 2013… mais c’est finalement en une seule épaisse version intégrale que sort cette histoire désormais complète, après la reprise de la bannière EP par les éditions Paquet. On retrouve donc la personnalité veule et agressive de Mio (curieuse définition, pour une héroïne), alias Bunny, sur son île expérimentale régie par des règles quelque peu fascistes : pour s’en sortir, il faut soit accepter de se ruiner la santé à travailler dans une usine polluée sur du long terme, soit faire fortune en peu de temps, donc par des moyens peu avouables. Cette organisation parallèle et carcérale ressemble à la vie, mais en plus extrême – du point de vue de nos paisibles états développés et pacifiés. La règle permet aux plus faibles d’être plus vulnérables, et conforte les plus forts dans la voie du vice. Deux options s’offrent donc à l’héroïne, elle va évidemment choisir la moins morale. Faut-il voir dans cette histoire imaginée par Jean-Gaël Deschard et Juliette Fournier une métaphore pessimiste de notre humanité ? La voie de la cupidité aveugle sera-t-elle toujours plus forte que celle de la vertu besogneuse ? Par des comportements et des rebondissements légèrement caricaturaux, cette histoire a néanmoins le mérite de poser ce genre de questions, pas si bête. Juliette Fournier assure le dessin et les couleurs en solo de solide manière, à l’aide d’un trait fin, précis et abouti. Quelques erreurs de postures et des proportions bizarres soulignent à de rares moments qu’il s’agit d’une première œuvre.

ISBN 9782889329908