parution 27 septembre 2017  éditeur EP Editions  Public ado / adulte  Thème Thriller

Le Chasseur de sourires

Un dentiste insensible à la douleur d’autrui s’intéresse de (trop) près à une patiente qui a un (trop bel) appareil dentaire. Un thriller psychologique coloré et différent des autres. A croquer.


Le Chasseur de sourires, bd chez EP Editions de Ferrer
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©EP Editions édition 2017

L'histoire :

Dans les années 80, à l’issus d’un congrès sur les nouvelles techniques d’orthodontie, un jeune dentiste discute avec un autre plus expérimenté. Pour le plus grand bonheur des patients, les nouveaux appareils dentaires vont désormais être plus esthétiques, moins métalliques. Le vieux lui raconte alors l’histoire d’un dentiste qui, au début des années 60, était complètement fétichiste des appareils complexes en métal, une déviance qui l’avait poussé à une extrémité mortelle. Il s’appelle Herbert F. Dunne et exerçait dans la ville d’Oceanside, sur la côte ouest des USA (proche San Diego). A l’époque, le Dr Dunne bénéficie d’une excellente réputation. Il accueille les patients avec le sourire, toujours une pointe d’humour et organise souvent des barbecues dans son jardin. Les plus jolies jeunes femmes ignorent qu’il profite parfois de l’anesthésie générale pour prendre méthodiquement en photo leur dentition, leur rouler des pelles et leur peloter la poitrine. Adepte du bondage, il paie parfois une prostituée après ses heures de consultation pour que celle-ci accepte de se faire ligoter nue sur la chaise de dentiste. Et tout le monde ignore sa pathologie profonde : Dunne n’éprouve aucune empathie envers la douleur d’autrui. Cette insensibilité lui avait été d’un grand recours lors de ses années de service militaire en Corée : c’est lui qui torturait les prisonniers pour les faire parler…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Attention, vous allez frissonner à l’évocation d’un seul et simple mot : dentiste ! Eh voilà, vous entendez le bruit strident de la roulette. Le regard vicieux et bâillonné qui se penche avec un outil contondant en main, dans l’objectif d’un accès libre à l’intérieur de votre visage, a de quoi insuffler des sueurs froides… C’est sur cette peur naturelle et fréquente que surfe l’espagnol Augustin Ferrer Casas avec cette histoire de dentiste qui dissimule son insensibilité pathologique à la douleur d’autrui. Or comble du trouble pulsionnel, ce professionnel de santé entretient secrètement des passions pour les appareils dentaires métalliques, voire pour les corps contraints et noués. Pourtant, Ferrer parvient à préserver son personnage central, certes dérangé, de la détestation ultime. Car à l’instar de Dexter, Herbert F. Dunne (faut-il y voir un hommage à Frank Herbert, l’écrivain de Dune ?) ne se repait pas de violence, il compose juste avec sa pathologie. Au gré des développements de ce one-shot, vous croiserez en effet pire, une vraie caricature de psychopathe. Etrangement, le dessin semi-réaliste ne joue pas trop sur les effets spectaculaires et le ton narratif n’est pas trop incisif, a contrario des ambiances cinématographiques généralement utilisées dans le registre du thriller psychologique. Très détaillé et coloré (comme réalisé aux crayons de couleurs), le visuel se contente de faire patiemment monter la tension en mettant en scène des protagonistes normaux dans le contexte suranné des sixties américaines, afin de délivrer une finalité sordide, au terme de quelques fausses pistes. On ressort de cet album rassasié par un suspens décalé et non prémâché.

voir la fiche officielle ISBN 9782889320622