parution 21 février 2018  éditeur Fluide Glacial  Public ado / adulte  Thème Politique

Contes ordinaires d'une société résignée

Un recueil d’historiettes fantastiques, contemporaines, allégoriques, angoissantes, cruelles et cyniques. Les éditions Fluide Glacial nous présentent le Black Mirror de la BD, et il est turc !


Contes ordinaires d'une société résignée, bd chez Fluide Glacial de Karabulut
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Fluide Glacial édition 2018

L'histoire :

Une famille apprend aux infos télévisées qu’une étrange épidémie affecte tout le pays. Le père zappe cette actualité déprimante, tout en se grattant frénétiquement le bras. Quelques jours plus tard et son dos est recouvert de pustules bien dégueus. La fille trouve ça vraiment immonde, mais elle en est malheureusement elle aussi atteinte quelques jours plus tard. Mais le plus incroyable avec cette maladie, c’est qu’elle laisse des messages cutanés à la personne qu’elle affecte ! En effet, cette maladie intelligente peut écrire très rapidement sur n’importe quelle zone de la peau, généralement pour se moquer de son porteur, voire même pour discuter avec lui ! La fille n’est pas épargnée par ces messages, mais ceux qu’elle reçoit sont cependant plutôt respectueux. D’ailleurs, elle entretient progressivement des discussions de plus en plus amicales avec sa maladie… et elle finit par tomber amoureuse de cette infection ! La maladie lui fait même l’amour en écrivant n’importe quoi sur les zones érogènes ! Hélas, un jour, un remède est trouvé et disséminé dans la population. La fille s’excuse auprès de sa maladie : malgré leur amour, elles vont devoir se séparer à tout jamais. Mais la fille trouve un biais particulièrement retors pour continuer à vivre son amour…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ersin Karabulut est présenté par les éditions Fluide Glacial comme le chef de file de la dynamique et contemporaine bande dessinée turque… et nous voulons bien les croire. L’éditeur n’a d’ailleurs pas fait les choses à moitié pour nous révéler son talent : reliure de qualité, grand format cartonné, forte pagination (80 pages), dessin de couverture particulièrement interpellant… et totalement angoissant. Notre époque est tellement de la merde, qu’elle nous incite à nous suicider collectivement, même en famille. Le fond narratif de la quinzaine d’historiettes recueillie est cependant plus cynique et humoristique que foncièrement pessimiste. La finesse et la souplesse du dessin fin, détaillé et caricatural a d’ailleurs de grandes chances de remporter votre adhésion dès les premières pages feuilletées. A travers des « contes » de 2 à 6 planches très majoritairement fantastiques, Karabulut nous immerge dans une époque proche de la nôtre, avec généralement un petit truc de la réalité qui dérape sévère, comme sait si bien le faire la série TV Black Mirror. C’est le grand-père qui ne meurt jamais, des messages dans les légumes, la maladie qui écrit, la perte des couleurs, la société anthropophage, la capacité polymorphique faciale… A chaque fois, les aspects délirants mis en scène par Karabulut servent un propos allégorique qui cerne soit le renoncement social, soit l’arrogance des puissances qui nous aliènent, soit simplement l’abyssale cruauté humaine. L’auteur n’est jamais pleinement moralisateur, et son imagination offre une grande souplesse d’interprétations. Ses contes les plus darks, dans une veine Edgar-Poesque, rappellent par moment ce que faisait Philippe Foerster, déjà chez Fluide Glacial, dans les années 80 et 90. On note enfin qu’en raison d’une première historiette imprimée à la fin plutôt qu’au début (Monochrome), le sommaire n’a pas les yeux en face des trous.

voir la fiche officielle ISBN 9782352079125