parution 12 février 2015  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Sentimental

Amorostasia T2

Pour toujours...

Les scientifiques sortent artificiellement Kiran de son amorostasie… mais c’est Olga qui se réveille. Elle se retrouve traquée dans une société devenue despotique. Conclusion parfaitement romantique d’une subtile allégorie d’anticipation sur l’amour.


 Amorostasia T2 : Pour toujours... (0), bd chez Futuropolis de Bonin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2015

L'histoire :

Un beau jour, une incroyable maladie épidémique fait son apparition, d’abord dans les grandes villes de France, puis dans le monde entier. Elle touche les gens profondément amoureux l’un de l’autre, qui se figent alors au moment de leur étreinte, ou par un simple regard passionné. Ils sont plongés dans un état catatonique a priori irrémédiable. Les scientifiques ne comprennent pas et restent impuissant à guérir les victimes. La plupart du temps, on les « stocke » donc chez eux, laissé immobiles dans leur état de béatitude. Alors qu’elle enquêtait sur le phénomène, la journaliste Olga Politoff a été victime de l’Amorostasie, en compagnie d’un homme qui la troublait, Kiran Narayanan. Or trois ans plus tard, c’est ce dernier que les autorités médicales choisissent pour tenter une expérience secrète de réveil. L’intervention se passe mal pour Kiran : il fait un arrêt cardiaque et tombe dans le coma. En revanche, Olga sort à distance de sa stase à ce moment précis ! Elle s’écroule au milieu du séjour de ses parents – où on l’avait entreposée – et reprend pleinement conscience. Une voisine lui raconte ce qu’est devenue la société : la mixité est souvent interdite, les citoyens sont obligés de prendre un médicament qui annihile les sentiments, les gens à l’origine d’amorostasies unilatérales doivent porter des brassards et cristallisent ainsi la haine… Et aucun vaccin n’a encore été découvert. Olga n’a dès lors qu’une envie : retrouver Kiran pour s’amorostasier de nouveau, tant cette sensation est ultime…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les histoires d’amour pullulent pourtant dans tous les arts narratifs (littérature, cinéma, bande dessinée…). En brillant auteur complet, Cyril Bonin se paye le luxe d’aborder ce registre par un biais nouveau et particulièrement habile en possibilités de développement. « L’amorostasie » dont il nous parle est ici une maladie d’amour (qui n’a rien à voir avec Michel Sardou), dans le sens où les amoureux se figent pour l’éternité dans leurs étreintes. Rooôh que c’est romantiiiique… Mais cette catatonie irrémédiable alarme d’autant plus la civilisation humaine qu’elle est épidémique. Des mesures despotiques sont donc prises pour éviter l’extinction de l’espèce : nous voilà à mi-chemin entre l’allégorie romantique et le thriller d’anticipation social. Le pitch de départ redouble d’intérêt dans ce tome 2, dans le sens où il permet de se poser plein de questions. Scientifiques : chimiquement, ça consiste en quoi, l’amour ? Politiques : interdire aux gens de s’aimer pour préserver l’espèce, c’est paradoxal ! A ceux qui trouvent que Bonin insiste trop sur le manichéisme des autorités, on répondra que dans le registre du despotisme, la réalité dépasse souvent la fiction. A l’aide d’un dessin doux et agréable en crayonné et lavis de gris, Bonin prend le temps de développer les aspects sociaux, une nouvelle fois sur 124 planches, plus qu’il ne cherche à expliquer le phénomène. Un diptyque à offrir pour la Saint Valentin, comme preuve d’amour…

voir la fiche officielle ISBN 9782754810999