parution 08 octobre 2015  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Politique, Historique

Cher pays de notre enfance

Benoit Collombat et Etienne Davodeau enquêtent sur les exactions du S.A.C dans les années 70. Un album dense, courageux et instructif, qui suscite l'effarement...


Cher pays de notre enfance, bd chez Futuropolis de Collombat, Davodeau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2015

L'histoire :

Tout commence devant l'ancien domicile du juge Renaud, quand Benoit Collombat, journaliste à France Inter, et Etienne Davodeau, auteur de bandes dessinées, quittent leur voiture pour voir les lieux où celui qu'on surnommait « le shérif » a été assassiné, en 1975. Un homme brillant, atypique et intègre, ancien résistant, qui a choisi de combattre le milieu lyonnais du crime, tout-puissant dans ces années post gaulliennes. Depuis la fin de la guerre, certains des plus proches partisans du général De Gaulle ont constitué les Service d'Action Civique, une association de partisans de l'homme du 18 juin qui, très vite, est devenue une organisation secrète aux méthodes criminelles et aux influences incroyablement ramifiées. Collombat et Davodeau vont alors se lancer dans une série d'interviews en commençant par un ancien journaliste de RTL, ami du juge. Ils reviennent sur le braquage de l'hôtel des Postes de Strasbourg en 1971, dont le butin pourrait avoir servi au financement d'un parti politique. Petit à petit, le journaliste et le dessinateur suivent la logique de leurs entretiens et obtiennent des informations de plus en plus troublantes sur ce braquage. Mais aussi sur la tuerie d'Auriol qui le suivra quelques mois plus tard. Ils poussent les ramifications du S.A.C jusqu'à l'assassinat présumé du ministre Robert Boulin. Ou en tout cas, ils mettent en avant les éléments absolument sidérants que la version officielle a très longtemps laissés de côté.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cet album enquête essentiellement consacrée aux activités secrètes du S.A.C débute avec les années 70 et donne une cohérence passionnante à différentes affaires qui ont marqué l'opinion dans la France giscardienne et mitterrandienne. Loin d'être un résumé allégé pour lecteur distrait, il plonge dans le détail en relatant les réponses de nombreux témoins de l'époque, et rythme habilement les chapitres avec les tentatives multiples – mais vaines – d'obtenir un rendez-vous avec Charles Pasqua. Etienne Davodeau est ici plus qu'un simple preneur de notes ou de croquis. Il participe activement à l'enquête, ses déplacements en voiture avec Benoit Collombat étant l'occasion un tantinet appuyée de remettre en scène le contexte de l'époque. L'album monte en puissance pour se terminer sur l'hallucinante non-enquête qui a suivi la mort de Robert Boulin, illustration incroyable de l'omerta autour d'une affaire aux ramifications politiques a priori évidentes. Les plus de 200 pages sont donc bourrées d'informations précises et étayées, comme le serait un excellent reportage radio ou télé réalisé par des journalistes courageux. La limite de l'exercice de l'enquête en BD se trouve également dans cette profusion d'information, et la mécanique monotone des interviews, très difficile à rompre. Il est presque impossible pour Davodeau de sortir de cette routine, qui passerait en radio par une voix off, un extrait musical, un témoignage d'époque. Les cases rapidement dessinées donnent très rarement l'occasion d'une pause, et même si le dessinateur metteur en scène les rend parfaitement lisibles, il n'épargne pas au lecteur cette impression d'un exercice de style. Une enquête passionnante et courageuse, mais dans un format inhabituel et pas forcément idéal.

voir la fiche officielle ISBN 9782754810852