parution 06 novembre 2014  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Politique

Etre là

Treize reportages en collaboration avec Amnesty International sur des acteurs du monde qui décident d’ « être là » où la violence fait rage. Admirable.


Etre là, bd chez Futuropolis de Dabitch, Collectif
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2014

L'histoire :

1/13 : « Aqui fue sequestrada Graciela Mellibovsky, militante popular detenida desaparecida 25.09.1976 por el terrorismo de estado. Barrios X memoria y justicia ». Une plaque parmi d’autres carreaux aux couleurs bariolées implantés dans le bitume des rues de Buenos Aires par des groupes d’habitants qui ont décidé ensemble de lutter contre l’oubli. L’oubli des « desaparecidos », de ceux qui se sont évanouis dans la terreur de la dictature argentine.
2/13 : Donatella Rovera est chercheuse à Amnesty International et s’est « rendue clandestinement en Syrie plus de vingt fois depuis avril 2012 ». Face à Christophe Dabitch, elle témoigne des horreurs commises dès les origines du conflit, et de leur propagation au sein des différents camps en présence, faute d’une intervention internationale. L’observation minutieuse et la diffusion de la vérité sur cette guerre est l’arme qu’elle a choisie pour que cesse l’impunité.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

« Les droits de l’homme sont universels parce qu’ils dépassent la culture qui les a produits. » Leur bafouement, lui aussi, est universel. De la France au Japon, en passant par la Côte d’Ivoire, la Syrie ou l’Indouchie, des populations voient leurs droits de circulation, de protection, de révolte, de justice, de santé, de propriété, de vie privée, gravement attaqués. Treize reportages menés par Christophe Dabitch nous emmènent pour un tour des enfers sur notre terre, mais également, et surtout, à la rencontre « de ceux qui se battent pour […] et qui transforment un statut de victime en celui d’acteur ». Militants ou non, impliqués ou non, ils prennent les armes qui sont à leur portée, ou les inventent, afin de renverser le cours macabre d’évènements intolérables. A la suite d’Immigrants (Futuropolis, 2010), Christophe Dabitch réunit à nouveau un collectif de dessinateurs remarquables pour donner chair à ses reportages. Si la moitié d’entre eux ont pu être lus dans les revues XXI ou La Revue Dessinée (Jorge Gonzalès, Benjamin Flao, Michael Sterckeman, Sergio Aquindo…), ils ont tous en commun la réalisation d’œuvres portant un regard sensible et avisé sur les maltraitances de notre monde. Davantage, la plupart se distinguent par une forme unique et puissante, qui ne fait qu’asseoir la place de la Bande Dessinée dans la parole de témoignage. La magnifique double planche de Muñoz inaugure la richesse graphique qui va porter ces récits de résistance. Quand les couleurs fantomatiques de Jorge Gonzalès mêlent présence et effacement, dans un temps qui s’égare au cœur de la mémoire, le noir et blanc tranché de Zeina Abirached scénographie les souvenirs d’une femme torturée, dans un splendide jeu de cadres, de lignes et de contrastes. Les planches sont la scène de l’expression tant de l’évasion que de l’horreur de l’enfermement, dont elles finissent par taire magistralement la représentation dans la blancheur des cases. Cet album porte en lui toute la beauté de l’engagement humain, par la densité de son implication face au réel comme par la poésie de son énonciation. Un admirable ouvrage sur l’existence comme « idée d’une présence au monde, d’une façon d’agir et d’être là ».

voir la fiche officielle ISBN 9782754811316