parution 12 avril 2018  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Historique, Chronique sociale

Geisha T2

Atteinte d’une pneumonie de longue date, l’Okaa-san Tsushima doit quitter l’Okiya du quartier des Geisha. Elle est envoyée dans un Onsen avec Kistune la renarde pour l’accompagner. Cette dernière va y faire une rencontre qui va changer son destin.


 Geisha T2, bd chez Futuropolis de Perrissin, Durieux
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2018

L'histoire :

Kitsune la renarde, Geisha au visage disgracieux mais aux doigts d’or, est au chevet de l’Okaa-san Tsushima qui souffre d’une pneumonie dans un Onsen, une station balnéaire d’altitude. Par crainte d’une contagion et surtout du risque de perte de réputation de l’Okiya, Komayo décide d’envoyer l’Okaa-san à l’Osen, accompagnée de Kitsune qui, actuellement, n’a pas les faveurs des clients. La jeune fille passe son temps auprès de l’Okaa-san Tsuhima à lui chanter des chansons et jouer du Shamisen pour la détendre et apaiser ses douleurs. A la fermeture de l’Onsen, Kistune retourne à l’auberge. Cette dernière est vide, car ce n’est pas encore la saison des touristes. Un soir, en allant se restaurer dans le petit salon de l’auberge, elle se retrouve nez à nez avec un couple. Sur le moment, elle se dit que sa solitude est terminée. Mais elle se rend compte que l’homme se moque d’elle à l’oreille de la jeune femme qui pouffe de rire en la regardant. Se sentant insultée, elle décide de se terrer dans le silence et d’éviter tout contact avec les amants. Après quelques jours, Kitsune croise le bus qui redescend vers la ville et voit la femme seule à l’intérieur. Arrivant aux alentours de l’auberge, elle aperçoit l’homme, le visage triste, se laissant glisser dans le cours d’eau avec l’intime conviction de mettre fin à ses jours. Kitsune n’hésite pas à le ramener au bord de la rive. Elle vient de lui sauver la vie.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tsuda Setsuko, dit Kitsune la renarde, a seulement 18 ans et elle est déjà lasse de son métier. Cependant, la rencontre de cet inconnu dans les montagnes de l’Onsen va lui redonner corps et déclencher en elle un déclic qui va la précipiter au sommet de la gloire du quartier des Geisha. Comme pour le tome précédent, l’histoire se situe dans le japon des années 20. Cette fois, Christian Perrissin nous fait découvrir un havre de paix, l’Onsen. Ces stations balnéaires d’altitude ont une eau réputée pour ses vertus thérapeutiques. Toujours aussi bien documenté sur l’art japonais et la tradition des Geisha, le scénariste nous propose la suite et fin de sa série. Ce dernier tome se détache de la rudesse du premier par des moments de poésie, au son apaisant et distrayant du Shamisen. Cependant, un tout petit point noir vient gratouiller le lecteur : la lenteur de la mise en place de l’intrigue. L’épisode de Kitsune dans la station balnéaire au chevet de l’Okaa-sa est assez long et n’apporte que peu d’élément pour l’histoire. Coté dessin, Christian Durieux est à la baguette et c’est très beau. Comme pour le premier tome, le maestro nous livre un noir et blanc d’une belle qualité. Grace à son trait réaliste, le lecteur plonge dans ce japon d’un autre temps, loin des rues bruyantes et polluées d’encarts publicitaires du Tokyo d’aujourd’hui. La lecture attentive des cases permet de se rendre compte de la finesse du trait et de l’ambiance voulue par le dessinateur, comme par exemple les cases dans l’Osen qui transpirent le calme et la sérénité. La série se termine avec ce dernier album. Arigatō.

voir la fiche officielle ISBN 9782754822855