parution 05 mai 2014  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Politique

Johnson m'a tuer

Louis Theillier raconte l’histoire de la fermeture de son usine, en Belgique. 300 ouvriers. Des mois de stress, de lutte, de fraternité, vus de l’intérieur. Chronique d’une mort annoncée…


Johnson m'a tuer, bd chez Futuropolis de Theillier
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2014

L'histoire :

En 2011, cela fait 5 ans que Louis Theillier, diplômé des Beaux-Arts, travaille dans une usine de Johnson Matthey. Multinationale anglaise, « JM » est le leader mondial de l’exploitation de platine et de métaux précieux. Elle fabrique des catalyseurs destinés aux grands groupes industriels et automobiles. Le directeur de l’usine de Bruxelles annonce au début de l’année à ses 300 ouvriers que l’usine va fermer car elle ne serait pas assez rentable. En réalité, le groupe est très largement bénéficiaire et l’usine a battu des records de productivité ! Mais les actionnaires souhaitent une délocalisation en Macédoine. Dès le premier jour, Theillier décide de réaliser le journal de bord du conflit social, avec le stylo-bille fourni par son employeur… Il crée un blog, édite en interne et rend compte du malaise quotidien de ses collègues.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un trait fin, en noir et blanc, un crayonné rapide mais précis, Theillier a tout de suite privilégié le fond à la forme pour son blog. Pourtant, ce choix artistique par défaut, avec des premières planches au stylo bille, donne une atmosphère particulière à sa BD. On y entre vite et on se sent porté, ballotté par les évènements, au même titre que les employés de Johnson Matthey. Dans un contexte de crise mondiale, les délocalisations frappent de plein fouet les pays européens et la Belgique, comme la France, et tous en souffrent. Plus grave : à cette époque, le multipartisme belge s’enfonçait dans une crise politique profonde, incapable de former un gouvernement pour diriger le pays. Ballottés entre les informations contradictoires, les rumeurs, les dissensions et les manipulations organisées par le groupe, les ouvriers restent dignes et sérieux. C’est un drame exemplaire qui permet de réfléchir à notre époque. Un seul petit bémol, peut-être : les grandes théories antimondialistes font, quelquefois, un peu café du commerce. Mais comment en vouloir à ces hommes, humiliés mais dignes, de vouloir refaire le monde ? Une grande aventure humaine, dure, belle et pathétique.

voir la fiche officielle ISBN 9782754810241