parution 28 mars 2015  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

L' Echappée

Un homme prend conscience que sa vie de consommateur urbain est vaine. Il s’évade pour… autre chose. Puis se re-évade… La vie serait-elle une errance insatisfaite ? Une œuvre muette et philosophiquement pertinente.


L'Echappée, bd chez Futuropolis de Mardon
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2015

L'histoire :

Le jour se lève sur New-York. Dans un appartement cosy, les quatre membres d’une famille s’activent à leur train-train quotidien. Petit-déj, habillage, ascenseur et c’est la plongée dans la vie active. La rue grouille de monde. L’homme tire de l’argent à un distributeur, achète un journal, s’engouffre dans une bouche de métro, non sans jeter un coup d’œil appuyé entre deux buildings. Par un espace étroit, on peut apercevoir la mer… Entassé dans une rame de métro, il lit son journal. Guerres, manifestations, publicité, ouragans, industrie pétrolière, publicité, famine, pollution, embouteillages, publicité, vie urbaine, malbouffe, divertissements mainstream, publicité… Il sature de ce bombardement d’images graves ou futiles, issues de la société occidentale de consommation. Le boulot le rattrape. Téléphone, réunions, consultations, rendez-vous de chantier, maquettes… Puis vite, l’heure du sport : courir sur un tapis roulant, à côté de dizaines d’autres tapis roulants. Puis le retour au foyer, la pizza à commander, la sortie culturelle du soir, le drink dans un bar, le couchage… La nuit, les yeux grands ouverts, l’homme a conscience de sa vie qui file. De la connerie de ce quotidien de con, de cette vaine organisation sociale. Collé à sa baie vitrée, il regarde la mer, à l’horizon, derrière les buildings. Il ne le sait pas encore, mais le lendemain, il va radicalement changer son fil. Pour mieux ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour cette épaisse BD sans le moindre texte et toute en teintes bichromiques, L’échappée titrée par Grégory Mardon est synonyme de prise de conscience. Prise de conscience tout d’abord de la vie moderne qui file, de l’insupportable train-train quotidien. Les 80 premières planches nous immergent dans le tumulte et l’infobésité produits par la société urbaine de consommation de masse. La teinte dominante est le beige-olive-terne. Le héros masculin a soudainement conscience de la vanité de son existence et fait une sorte de burn-out : il prend le premier paquebot qui lui passe sous le nez, à destination de n’importe où ailleurs. A partir de ce moment, le récit quitte le registre de la chronique sociale pour pénétrer dans une deuxième phase, plus allégorique. La teinte dominante est alors le bleu. Car notre héros se frotte à une société au bonheur lisse et artificiel, digne de la science-fiction d’anticipation. De nouveau, 80 pages muettes durant, il prend conscience que cela ne le satisfait pas. Il change une troisième fois de vie, pour un retour à la nature, à la vie sauvage, baignée dans une teinte verte. Cela le satisfait-il pour autant ? Pas certain… Mardon ne donne pas de leçon, il pose des questions. Des questions essentielles, qui nous tracassent – heureusement ? – de manière sous-jacente. Le changement de vie serait-il une perpétuelle fuite en avant ? La variété, le détail et l’extrême lisibilité de ses séquences – tant sur le plan de la narration visuelle que sur la pertinence de la réflexion philosophique proposée – accompagnées par un dessin encré semi-réaliste d’une totale maîtrise, élève cet album au rang d’œuvre majeure. Comme souvent chez Mardon…

voir la fiche officielle ISBN 9782754811323