parution 05 mai 2014  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Guerre

Le Tirailleur

Au seuil de sa vie, un ancien tirailleur marocain témoigne de son engagement militaire qui l’a amené sur le front de la seconde guerre mondiale et en Indochine. Un portrait émouvant, parfait pour comprendre la « figure » du tirailleur étranger.


Le Tirailleur, bd chez Futuropolis de Bujak, Macola
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2014

L'histoire :

A 86 ans passés, Abdesslem habite seul dans une résidence sociale Adoma de Dreux. Rester en France 9 mois par an est la condition sine qua non pour que ce vieux marocain touche sa maigre pension d’ancien tirailleur engagé sous les drapeaux français. Il relate ses souvenirs à un photographe qui s’intéresse à son cas. Et notamment comment, vers l’âge de 17 ans, lui qui n’était qu’un petit berger s’est retrouvé engagé de force par des militaires français. C’était en 1939, ils l’ont jeté dans leur camion, alors qu’il était de passage au village pour acheter un bidon de pétrole. Au quartier militaire de Taza, on l’a ausculté, on l’a habillé, on lui a appris la discipline et les postures… Impressionné par toute cette organisation moderne, il s’était engagé pour 4 ans. Il se sentait fier et rêvait de devenir un guerrier. Or à l’époque, le sultan Sidi Mohammed Ben Youssouf appelait les siens à soutenir la France dans sa lutte contre l’envahisseur allemand. Abdesslem et ses camarades sont mobilisés et découvrent la France. Les premiers combats ont lieu du côté de Lunéville. Le marocain découvre alors que l’ennemi est sans doute beaucoup plus puissant qu’eux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quand on évoque la Mémoire de guerre, on parle souvent des tirailleurs étrangers comme des oubliés, des sacrifiés, méprisés de la Nation. Malgré les films (Indigènes) et les commémorations, ils incarnent une sorte d’icône, presque légendaire. Avec cet album, Alain Bujak partage le témoignage direct et authentique de l’un d’entre eux, Abdesslem, et compense cet aspect, rendant le sujet beaucoup plus réaliste. A l’origine, Bujak réalisait pourtant un simple reportage photographique sur un foyer social Adoma (ex-Sonacotra). A cette occasion, la figure de ce vieil homme désœuvré l’a alors interpellé… et l’a amené à lui faire témoigner de son destin, en 2004. Enrôlé de force en 1939, le petit berger a activement participé à la seconde guerre mondiale, vécu l’enfer de l’emprisonnement, frôlé la mort lors des combats pour la libération en Italie, combattu en Indochine… pour finalement venir attendre son allocation vieillesse dans une barre d’immeuble sans âme. La manière narrative s’appuie sur une grosse majorité de récitatifs qui alternent la parole d’Abdesslem (en majuscule) et les précisions historiques (en minuscules). Il n’y a aucun pathos ni sensationnalisme, Bujak rapporte les faits simples et Piero Macola les met en scène avec un dessin semi-réaliste aux crayons de couleur (et oui !). Ce procédé trouve le juste ton, avec retenu et un petit quelque chose de suranné. Le portrait qui en ressort est d’autant plus émouvant que l’album se termine par un reportage textes et photo au Maroc, où le photographe a retrouvé Abdesslem quelques années après avoir recueilli sa parole.

voir la fiche officielle ISBN 9782754808927