Urban T2 : Ceux qui vont mourir (0), bd chez Futuropolis de Brunschwig, Ricci, Niro ©Futuropolis édition 2013

Urban T2

Ceux qui vont mourir

Dans les méandres de Monplaisir, une cité aux airs de parc d'attractions géant, la destinée de trois individus se croise, pas forcément pour le meilleur. Une série d'anticipation ambitieuse et intelligemment menée. Amenée à devenir culte !

L'histoire : Le 26 juin 2059, l'inspecteur Gunnar Christiansen apprend que son adjoint Ahn Loon Bangé est mort assassiné par Ebrahimi, le célèbre tueur agissant dans la cité de Monplaisir. Gunnar n'a pas le choix, il se rend sur les lieux pour enquêter... Cela fait maintenant trois jours qu'Ebrahimi squatte les écrans de la ville de tous les plaisirs. Zach est désormais Urban interceptor. La mort d'Isham, son prédécesseur, a poussé les autorités à lui confier ce nouveau rôle. Sa mission est, bien évidemment, de stopper les agissements du tueur et ce, le plus vite possible. Les jeux et les paris autour de cette traque sont déjà en cours et Zach se plie même à des mises en scène où il gonfle ses muscles et enjolive la réalité. Niels Colton, un petit garçon qui s'est enfui de son doux foyer, s'est perdu dans les bas fonds de Monplaisir. Son errance l'amène à rencontrer Olif, un vieil homme un peu irascible, mais qui lui explique quelques uns des rudiments de la vie dans les rues. Avec les quelques pièces en sa possession, le vieillard s'achète à manger et constate, totalement surpris, que Niels est un enfant issu de la haute société et possède, du coup, une jolie fortune...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Il suffit parfois d'une simple rencontre pour que les choses changent. En 1999, Luc Brunschwig publiait Urban Games chez Les Humanoïdes Associés, un premier album dévoilant un récit d'anticipation qui ne trouvera jamais de suite. Après moult essais avec divers illustrateurs, c'est finalement aux côtés de l'italien Roberto Ricci que, tel un phénix, le projet renaît de ses cendres. L'ambition est de nouveau là et l'envie d'offrir un récit plus travaillé se fait sentir chez le scénariste, qui revisite son histoire initiale. Urban est né. Avec Les règles du jeu, les lecteurs ont pu se familiariser avec un drôle de lieu. Monplaisir, gigantesque parc d'attractions, ville de débauches, où les qualificatifs sont aussi nombreux que les mystères. L'histoire focalise autour de plusieurs personnages principaux, dont Zach, l'Urban Interceptor, et Niels, un garçon perdu dans cet univers de perdition. Au travers d'eux, on se perd un peu plus dans ce monde idyllique en façade, mais bien moins glorieux en réalité. On a l'habitude de suivre Brunschwig à travers une narration fluide et prenante... et c'est une nouvelle fois le cas ici. La cohérence de l'univers et les accents mis sur les inégalités sociales consolident un récit d'anticipation aussi crédible que passionnant. La critique de la télé-réalité par le biais de Springy Fool et ALICE apporte une touche encore plus moderne à l'ensemble. Les bases laissées dans le premier opus sont transcendées dans cette suite. Celle-ci se permet d'explorer un peu plus ses personnages tout en apprenant quelques règles curieuses des bas quartiers. Le coup du sol électrifié à intervalles réguliers pour chasser les plus pauvres est d'ailleurs une idée horrible à souhait. Les rebondissements sont toujours bien amenés et le cliffhanger nous laisse interloqués, presque choqués. On s'interroge sur les destinées des protagonistes et sur l'orientation que va pouvoir emprunter l'histoire. Gageons que l'on ne sera pas déçu ! Pour rendre cet univers un peu plus addictif, Roberto Ricci offre une prestation de haut rang. Son trait est minutieux, ses planches archi-détaillées et remplies de clins d’œil. Le travail de colorisation qu'il réalise conjointement avec Giovanna Niro est lui aussi divin. Les teintes apportent une ambiance unique à Urban, lumineuse et sombre à la fois. Un vrai travail de directeur photo sur un long métrage ! Ceux qui vont mourir confirme les espoirs placés dans cette série d'anticipation subtile et profonde. A préciser que la première édition de ce second opus offre un cahier graphique final, où l'on peut admirer les différentes étapes du travail de Ricci, dont le lavis qui parfait Urban. L'allégresse, c'est ce que les visiteurs de Monplaisir viennent chercher dans la série. Avec Urban, à votre tour de jubiler.

  • scénar dessin


9 février 2013



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • Magique ! 15 mars 2013

    Urban est une série qui a pris le temps de mûrir pour le plus grand plaisir du lecteur. Depuis Urban Games, nombreux étaient ceux qui attendaient la suite de cette histoire. Une belle surprise à l'arrivée, puisque à défaut d'une simple reprise, il s'agit d'un nouveau démarrage. Le scénario est toujours aussi fouillé et accrocheur. On entre dans "MonPlaisir" comme si on y avait toujours vécu. Ce second opus se termine sur un final à couper le souffle, tenant le lecteur en haleine aussi longtemps qu'il sera nécessaire à la réalisation du tome 3, pourvu qu'il soit aussi bon ! Graphiquement, le travail de Roberto Ricci est superbe avec un trait original et un travail d'orfèvre sur les couleurs. L'atmosphère qui s'en dégage donne à cette série toute son originalité. Comme pour le scénario, le graphisme est trés détaillé avec beaucoup de minutie. Vraiment une oeuvre majeure à ne pas manquer.

    Cyrille


prix 13.00-5% = 12.35

sur


 Urban T2 : Ceux qui vont mourir (0), bd chez Futuropolis de Brunschwig, Ricci, Niro ©Futuropolis édition 2013

06 février 2013

Futuropolis

voir la fiche officielle

9782754803199

ado / adulte

Anticipation

Urban série en cours en France
3 albums parus, 6 prévus
Nos chroniques dans cette série :