parution 22 juin 2016  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Antarctica T3

908 sud

Conclusion tragique de la romance à distance entre Knutt et Maureen, lors de la double conquête rivale du pôle sud. Une romance qui parasite la transcription d’un exploit authentique et célèbre.


 Antarctica T3 : 908 sud (0), bd chez Glénat de Bartoll, Kölle, Davidenko
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

Août 1911, c’est la fin de l’hiver sur le continent Antarctique. Sur la côte glacée qui longe la baie des baleines, l’équipe d’explorateurs du norvégien Amundsen et l’équipe d’aventuriers emmenée par l’anglais Scott ont établi leur base d’hivernage, à 300km de distance les uns des autres. Ils se sont tous deux lancés le défi d’être le premier à poser le drapeau de sa nation au pôle sud. Au sein de l’équipe norvégienne, Knutt Larson a gagné la confiance d’Amundsen : il dirigera un des quatre équipages de chiens de traineaux. A des intervalles réguliers de 3 miles (4827 mètres), leur équipe construit un cairn, sorte de gros monticule de glace avec le drapeau norvégien au sommet. Dans un petit coffret, ces cairns contiennent toujours un papier avec les coordonnées du cairn suivant, afin de ne pas se perdre au retour. Pour eux, les conditions météo sont bonnes et leur progression est plus forte qu’espérée. Ils se retrouvent en avance sur le plateau Antarctique. A contrario, l’équipe anglaise de Scott doit abandonner ses autochenilles qui n’ont pas supporté la rigueur des blizzards glacés. En plus, l’équipe anglaise est divisée en deux groupes : à 10 jours de marche derrière, le capitaine Oates se traine avec ses poneys, des animaux peu endurants aux grands froids. Il ignore encore que sa cousine Maureen est passagère clandestine de l’expédition, tantôt dissimulée sous des bâches, tantôt à quelques distances derrière eux, par amour pour Knutt, de l’expédition rivale…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La rivalité entre l’anglais Scott et le norvégien Amundsen pour la conquête du Pôle Sud, est célèbre. Le norvégien gagnera la course avec un mois d’avance ; l’anglais périra au retour de son échec, avec le reste de son équipe. Le scénariste Jean-Claude Bartoll nous relate cette prodigieuse aventure en trois tomes (la trilogie est désormais terminée), en lui adjuvant une romance fictive aussi absurde que gnan-gnan. En effet, par amour fou pour un des membres de l’équipe norvégienne, l’anglaise Maureen joue les passagères clandestine au sein de l’autre équipe. Qui imagine plausible de se cacher dans un traineau durant plusieurs semaines, dans des conditions climatiques pareilles, au milieu d’un désert de glace ? En outre, Bartoll alterne logiquement tour à tour les séquences, tantôt avec les anglais, tantôt avec les norvégiens… mais ce parti-pris narratif nuit à la juste mesure du temps : en réalité, il y a eu un mois d’intervalle entre les deux conquêtes. De fait, on comprend mal que le beau temps mette Admunsen en avance, et que le blizzard finisse par venir à bout de Scott. La part accordée à cette romance ridicule perturbe le véritable sujet : les conjectures techniques, climatiques et humaines qui ont permis (ou pas) la conquête du pôle. Tout juste, Bartoll insiste-t-il sur l’héroïsme imbécile de l’anglais Scott, qui imposait de conquérir le pôle en utilisant un noble animal comme le cheval. Grandement aidé par la simplicité des décors, le dessin réaliste de Bernard Kölle est en revanche impeccable.

voir la fiche officielle ISBN 9782344011744