parution 15 mars 2017  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Historique

Antigone

Antigone ne peut vivre si son frère Polynice n’est décemment enterré : elle se prépare donc à désobéir aux lois de son oncle Créon. Une adaptation d’un grand mythe et d’un grand texte antique, qui vaut surtout pour son dessin majestueux.


Antigone, bd chez Glénat de L'homme, Penet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2017

L'histoire :

Antigone se rappelle avec la même douleur qu’auparavant la mort de ses deux frères, Etéocle et Polynice. Ils se sont entre-tués pour prendre le pouvoir de la ville de Thèbes. Antigone n'était alors qu'une enfant qui jouait avec sa sœur Ismène. C'était il y a dix ans. Depuis, tout a changé. Antigone a perdu son innocence et sa joie de vivre. L'arrivée au pouvoir de son oncle Créon n'a fait qu'agrandir sa douleur. Il a en effet pris une décision lourde de sens : Etéocle sera enterré avec les honneurs. Polynice, considéré comme un traître, n'aura aucune sépulture. Son corps pourrira à la vue de tous et il sera la proie des chiens. Tous les ans, Créon renouvelle ce décret terrible. Depuis, la ville prospère et tout le monde est heureux. Mais Antigone n'a jamais oublié Polynice. Elle ne peut vivre sans ressentir de la rage et de la colère contre cette loi inhumaine. Créon vient certes lui rendre visite, mais ses paroles n'y changent rien. Même l'amour de son fils Hémon pour Antigone n'y changera rien. Tant qu'elle aura un souffle de vie, Antigone refusera toujours cette loi inique et amorale…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Antigone est l'un des mythes tragiques les plus connus, avec également l’histoire terrible de son père, Œdipe. Cela tombe bien : ces deux personnages ont été le sujet de deux pièces tragiques au théâtre antique écrites par Sophocle. C’est cette œuvre majeure qu'adapte aujourd'hui Régis Penet. L’entreprise est grande, tant l’œuvre est classique et incontournable. Une œuvre d’autant plus difficile qu’elle est écrite pour le théâtre. Penet choisit quelques phrases du style brut de Sophocle et incarne ces paroles lourdes de sens. Le début raconte parfaitement toutes les circonstances dramatiques qui amèneront à cette histoire tragique. Comme une formidable bande annonce, les premières pages sont un condensé net de l’histoire d’Antigone. Le reste est bien connu des amateurs de littérature : c’est le destin funeste de la première héroïne tragique. Penet tente de rester fidèle à la pièce de Sophocle et choisit quelques passages marquants : le dialogue entre Antigone et Ismène, le désespoir d’Hamon ou le violent face à face entre Antigone et Créon. Malheureusement, l’album est beaucoup trop court et certains passages forts ont complètement disparu. Même le dénouement sanglant et tragique est absent de cette adaptation. Penet se concentre plus sur l’humain et l’intérieur des personnages, plutôt que sur leur histoire. Il faut dire que le mythe de cette jeune rebelle qui lutte contre l’infamie du pouvoir reste un thème porteur et puissant. C’est surtout le dessin incroyable de beauté qui est remarquable dans cette adaptation. Multipliant les gros plans émouvants et les attitudes touchantes et sensibles, c’est plus un ballet graphique qui se déroule sous nos yeux qu’une bande dessinée classique. Les décors sont majestueux et hiératiques. Ils incarnent de façon unique la dureté sublime de cette tragédie, tout comme cette trouvaille intéressante sur le symbole des masques. Même si le dessin et les couleurs chaudes et méditatives sont fascinants, le tout devient répétitif. Certes, les personnages ont une âme exceptionnelle et envoûtante grâce au style visuel de l’artiste, mais cela sonne parfois creux à force de surenchère. On en perd du coup quelques dialogues lourds de sens dans l’œuvre de Sophocle. Les paroles d’amour entre deux sœurs, la rébellion d’Antigone, son enfance heureuse et idyllique, la nécessité et la difficulté de régner… tous ces thèmes sont trop vite balayés au profit d’une esthétique contemplative. C’est toutefois un hommage magnifique à la tragédie grecque et un bon tremplin vers un texte et un personnage qui aura fait naître l’un des genres majeurs du théâtre.

voir la fiche officielle ISBN 9782344010723