parution 03 novembre 1993  éditeur Glénat  collection Caractère
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Mondes décalés

Balade au bout du monde – cycle 2, T6

A-ka-tha

Arthis perce le mystère bien caché qui unit madame Evans et la belle Ariane. Une nouvelle balade fascinante et envoûtante qui vous amènera dans des recoins inexplorés…


 Balade au bout du monde – cycle 2, T6 : A-ka-tha (0), bd chez Glénat de Makyo, Hérenguel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 1993

L'histoire :

Arthis s’occupe d’Ariane et de sa tante, toutes deux évanouies à cause d’un mal mystérieux. Alors qu’il les fait s’allonger, il décide de profiter de son temps libre pour explorer la maison de madame Evans. Il descend dans le sous-sol et y trouve un immense laboratoire, rempli de statues hindoues et anciennes. Le vieillard joue toujours cette étrange musique… Arthis perd connaissance et se retrouve dans sa chambre. Madame Evans lui a laissé un message sans appel : s’il respecte la jolie brune, il doit les laisser tranquilles pour le bien de tous. Pourtant, Arthis ne cesse de penser à ce mystère et il en est désormais persuadé : quand il est revenu voir les dames, madame Evans avait le regard d’Ariane tandis que cette dernière avait celui de sa tante ! Même si Arthis a du mal à croire à cette incroyable énigme, il veut en avoir le cœur net. Il donne donc rendez-vous à Ariane pour avoir un entretien avec elle. Rasé de près, Arthis a changé son visage et en profite pour évoquer le changement qui s’était opéré la veille chez Ariane. Celle-ci reste évasive mais elle finit par embrasser Arthis avant de rentrer chez elle. Le comportement d’Ariane attise encore plus la curiosité d’Arthis et celui-ci se rend secrètement chez madame Evans pour observer les deux femmes. Il rentre dans le salon et se cache alors que madame Evans s’entretient avec sa nièce. Elles sont toutes les deux d’accord sur le fait que le photographe est trop curieux et pourrait faire échouer leurs expériences…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après un premier tome qui démarrait lentement, le deuxième cycle de Balade au bout du monde accélère sensiblement le rythme dans ce tome 6 et plonge le lecteur dans un nouveau voyage passionnant. Comme à son habitude, Pierre Makyo dévoile tout son univers et son intrigue, ici par le biais de madame Evans. Arthis est tellement fasciné par Ariane et par l’énigme des regards qu’il va tout faire pour apprendre ce que cachent les deux femmes. Makyo a l’art de surprendre son monde car cette fois, la balade d’Arthis n’est nullement temporelle ni géographique : c’est une aventure intérieure dans l’esprit et l’âme humaine. Qui n’a pas rêvé de toucher à l’immortalité ? Qui n’a pas souhaité percer le mystère de la mort ? Y a-t-il une possibilité de « sur-vie » après l’extinction de l’âme ? Toutes ces grandes questions hautement philosophiques trouvent une réponse fantasmagorique et pourtant très crédible. Le récit bascule dans la pure science-fiction (le sous-sol de madame Evans est un véritable laboratoire de savant fou). Makyo s’est sérieusement documenté sur le sujet et reprend bon nombre de recherches psychiatriques mêlées à des croyances religieuses. Ainsi, « Akatha » est une pratique (réelle) du transfert des âmes, pratique qui s’apparente à une secte. Sur fond de mysticisme hindou, Makyo évoque ainsi un thème universel qui touche les grands domaines de la connaissance : science, psychanalyse, religion… Le thème est donc fascinant et superbement traité avec la figure de madame Evans. Personnage trouble et ambigu, la tante d’Ariane est difficile à cerner, masquant toujours la vérité et dissimulant parfaitement ses véritables intentions. Ainsi, avec art, Makyo enchaîne les fausses révélations tonitruantes en prenant madame Evans comme porte-parole mensonger. Dans cette série truffée de rebondissements fascinants, la peinture psychologique des personnages est extrêmement travaillée. Le chassé-croisé entre madame Evans, Ariane et Arthis est très intéressant et Makyo enchaîne brillamment moments de tensions extrêmes et pause amoureuse. A ce titre, la relation naissante entre Arthis et Ariane est belle de simplicité et de finesse. Ajoutons à cela un dessin d’Eric Hérenguel de plus en plus efficace. Multipliant les cadrages et plans sidérants, le trait d’Hérenguel se fait vertigineux dans des grandes cases où la gravité et la perspective sont totalement cassées. Tout est donc prétexte à un voyage incroyable dans les limites de l’esprit et de l’âme. De quoi faire oublier un premier cycle pourtant inoubliable !

voir la fiche officielle ISBN 9782723416870