Chimère(s) 1887 T2 : Dentelles écarlates (0), bd chez Glénat de Melanÿn, Pelinq, Vincent, Piero ©Glénat édition 2012

Chimère(s) 1887 T2

Dentelles écarlates

Tout en apprenant le passé de sa mère-maquerelle, la jeune Chimère se retrouve piégée dans un complot politique qui la dépasse. Suite en forme de polar, d’une sensationnelle étude de mœurs historique…

L'histoire : En 1887, Chimère, une jolie gamine de 13 ans dotée d’un caractère courageux et mature, a intégré l’équipe de la Perle Pourpre, un établissement de passes, en tant que prostituée. Son dépucelage a été vendu à prix d’or par la mère maquerelle Gisèle, ce qui a suscité des jalousies dans le groupe de filles. Or en aidant Elise, enceinte, à fuir, Chimère a fortement courroucé Gisèle. La patronne décide donc de lui montrer qui commande dans cette maison close. Elle lui fait faire le ménage des pots de chambre (les « thomas ») et lui plonge la tête dedans devant les autres filles. En outre, l’escapade d’Elise aura été de courte durée : Fernand, l’homme de main du bordel, la ramène en compagnie d’un jeune indigent qui l’a aidée, Oscar. Les deux sont complètement sonnés : leur fuite s’est terminée par un accident de la route. Le médecin est appelé, plus pour faire avorter Elise que pour la soigner. En marge de cela, malgré les sévices que Gisèle lui fait subir, Chimère s’intéresse au passé de sa patronne. Selon les dires de Léonardo, il semble que Gisèle ait jadis connu son heure de gloire… Pendant ce temps, les affaires politiques sont sur le point de rudement s’immiscer à la perle Pourpre. Blandin, un homme de main au service de monsieur Burke, cherche à corrompre Ferdinand de Lesseps et ses amis du gouvernement…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Aux côtés de Melanÿn, Christophe Pelinq, alias Arleston, accède à une seconde vie de scénariste. Pour Chimères 1887, il a pris le risque de délaisser le registre humoristique qui a fait sa renommée, pour brillamment creuser l’étude de mœurs historique et le polar social. Le génial papa de Léo Loden et de Lanfeust dévoile ainsi une nouvelle facette de son talent et livre en outre avec Melanÿn de jolis portraits de femmes, répartis sur ce tome 2 en deux époques. D’une part en 1887, on repart évidemment sur le destin de la courageuse et mature Chimère, jeune prostitué de 13 ans, au sein de la maison close « La perle Pourpre » qui sert de décor à 90% du récit. Son quotidien tourne cette fois au sordide : au départ salement maltraitée, elle se retrouve ensuite fort mal embarquée dans une horrible affaire de meurtre. Mais comme l’indique la sublime couverture, Pelinq dévie de ce sujet pour traiter en flashbacks de l’année 1873, afin de creuser la gloire passée de la mère maquerelle, Gisèle. C’est l’occasion de se raccrocher à une seconde célébrité authentique – après Ferdinand de Lesseps – un certain Vincent, féru de peinture, et ayant un frère prénommé Théo… C’est aussi l’occasion de voir la Tour Eiffel en construction et de donner à un autre Vincent, le dessinateur de la série (patronyme Beaufrère), la possibilité de dérouler tout son talent au travers d’un décorum historique très riche. Le dynamisme, la spontanéité de son trait, qui suggère juste parfois les choses, se met au service d’une grande précision dans les cadrages et les détails. Affiches d’époque, costumes, contexte géopolitique, mœurs légères… En dépit du cadre quelque peu licencieux de la Maison close, le Paris haussmannien brille de tous ses fastes. Une série particulièrement convaincante !

  • scénar dessin


21 juillet 2012



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 13.90-5% = 13.21

sur


 Chimère(s) 1887 T2 : Dentelles écarlates (0), bd chez Glénat de Melanÿn, Pelinq, Vincent, Piero ©Glénat édition 2012

30 mai 2012

Glénat

Grafica

voir la fiche officielle

9782723484039

ado / adulte

Historique