parution 04 septembre 2013  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Guerre, Historique

Deadline

Louis Paugham, marqué par la guerre de sécession et par sa rencontre avec un « nègre », cherche à se venger. Un western classique et moderne à la fois, très réussi.


Deadline, bd chez Glénat de Bollée, Rossi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2013

L'histoire :

1901, Etat du Tennessee. Louis Paugham arrive enfin à achever sa destinée. Vieilli et fatigué, il reste déterminé à se venger. Il avance sur la rue déserte et frappe à une porte. Une servante noire lui ouvre : il l’assomme. Il monte les escaliers et arrive dans une chambre, face à un vieillard cloué à un fauteuil : Lester, ancien capitaine de l’armée confédérée. Paugham n’hésite pas une seconde et lui tire une balle dans la tête. La haine qu’il éprouve pour Lester remonte à la guerre de sécession. En 1864, Paugham n’est encore qu’un gamin qui sert sous le drapeau confédéré. Alors qu’il fait ses armes dans les rangs sudistes, il se retrouve gardien du plus terrible des camps de prisonniers : le camp d’Andersonville ! Les nordistes malheureux sont maltraités et croupissent dans cette prison à l’air libre. Ils ne doivent pas franchir une rambarde qui entoure la prison et qui forme une grande ligne : la Deadline…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Vous croyiez avoir tout lu sur les westerns en bande dessinée ? Le scénariste Laurent-Frédéric Bollée vous prouve le contraire. Ici, on retrouve pourtant très vite les archétypes qui ont marqué le genre : villes sauvages, tenues de cow-boys, fusillades et soif de vengeance. Le héros vieillissant a d’ailleurs des faux airs de Gary Cooper. Rien que le choix de l’excellent Christian Rossi au dessin montre que Bollée veut se réapproprier ce genre avec respect et passion. Il ajoute néanmoins une bonne dose de nouveauté. Au cours de ce récit très psychologique et presque intime, on suit pas à pas les doutes et les choix de Louis Paugham, durement marqué par le destin. Ce soldat Louis se bat du côté des confédérés, mais il n’a finalement aucune amitié pour les gens du sud. Perdu dans une lutte qui ne le concerne pas, il va découvrir qu’il est amoureux… d’un homme… noir ! Ce choix fort et original constitue le premier choc de l’histoire. Alors qu’il doit garder une faction de prisonniers, Louis Paugham ne cesse d’admirer secrètement ce nègre soumis à l’autorité sudiste, qui garde la tête haute. Ce parti-pris narratif est presque trop gros tant il est osé, mais il fait un sacré pied-de-nez aux racistes et intolérants de tous poils (ceux d’aujourd’hui y compris). Le propos rappellera aux cinéphiles les films Django ou Brokeback Moutain. Le reste est parfaitement mené avec des séries de flashbacks qui apportent de plus de plus de lumière au personnage principal. Le scénario est ensuite une histoire classique de vengeance, mais la force du récit reste l’épaisseur du personnage principal. Un peu comme le Western de Rosinski, Deadline montre la naissance du monde américain moderne, qui s’est construit dans le sang et la douleur. Paugham refuse ce progrès et ne parvient pas à oublier le passé : les fautes commises doivent être noyées dans le sang. L’album vaut aussi et surtout par la performance de haute volée de Christian Rossi. Habitué du genre, Rossi avait déjà repris haut la main la série du grand Jean Giraud, Jim Cutlass, puis la série W.E.S.T Toujours mâtiné de couleurs directes marquantes, lumineuses et un trait réaliste détaillé, ce graphisme est une véritable évasion en soi. De plus, Rossi cherche toujours à évoluer et propose des contrastes de couleurs très osées, mais superbement maîtrisées. L’émotion et la nostalgie d’une époque révolue transparaissent à chaque planche. Bref, un western empli de modernité et de talents.

voir la fiche officielle ISBN 9782723489461