parution 12 janvier 2011  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Thriller, Mondes décalés

Destins T8

Family van

Décidée à rester aux USA pour voir son père, Ellen voit sa peine augmenter avec la mort de ce dernier et les ennuis qui s'accumulent. Une suite (alternative) ratée et sans grande ambition.


 Destins T8 : Family van (0), bd chez Glénat de Bonifay, Giroud, Malnati
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

Partie, à l'origine, aux USA pour avouer sa culpabilité dans l'affaire Jane Tyler, Ellen a été dissuadée de cette envie par un plan savamment orchestré par son mari. Ayant énormément de mal à accepter que celui-ci soit allé aussi loin, elle choisit de rester là-bas et de se rendre en stop chez ses parents, son père n'étant pas en très grande forme. Après qu'un couple de personnes âgées l'ait rapprochée de sa destination, Ellen emprunte un bus. A l'intérieur se trouve plusieurs personnes dont la mentalité est assez zen et qui acceptent de faire un détour pour la déposer. L'une d'elles, Mater, voit bien qu'Ellen ne va pas bien. Durant le trajet, elle essaie de l'aider comme elle peut. Passant des moments plutôt agréables au fil du chemin, la présidente de l'ONG reprend contact avec Richard. Un appel vient plus tard lui apprendre le décès de son père, mais ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle. En effet, le shérif de Houston, persuadé de la culpabilité d'Ellen, est désormais au courant de sa présence dans les environs. Il n'a pas l'intention de laisser passer une telle opportunité.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les embranchements narratifs de la saga Destins conceptualisée par Frank Giroud continuent de se déployer avec ce 8e album, qui prend ici la suite du quatrième opus Paranoïa (les tranches bleues). Reprenons la chronologie des événements : Ellen vient juste d'être libérée de geôliers engagés pour la dissuader de se dénoncer dans l'affaire Jane Tyler. Le présent opus laisse l'héroïne errer dans le pays, avec son mal de vivre. Philippe Bonifay (Zoo entre autres) ne réussit pas un seul instant à emballer son récit. Les événements s'enchainent et ne surprennent pas. Ellen, qui devrait se révéler hésitante ou choquée, en ressort surtout agaçante. On peine à trouver le souffle habituel des thrillers made in Giroud, avec cet épisode poussif et chaotique. Si l'histoire proposée n'est guère convaincante, qu'en est-il de la présence de Loïc Malnati au dessin ? Sur ce Family van, le constat est à peine plus emballant que la narration. Le trait de dessin, certes impeccablement cadré et proportionné, est assez épais, pour un rendu final moyennement agréable. Les deux auteurs semblent avoir juste signé un album de commande, sans s'être décarcassé pour un véritable fond, ni grande forme. Heureusement, les racines scénaristiques imaginées par Giroud ne dépendent pas uniquement de cet album, anecdotique dans la succession...

voir la fiche officielle ISBN 9782723467612