parution 29 juin 2011  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Historique, Fantastique - Etrange

Konungar T1

Invasions

Le royaume d’Alstavik est menacé par une invasion centaure. Le roi Rilgrid et son frère brigand Sigvald arriveront-ils à oublier leurs rivalités pour terrasser cet ennemi commun ? Mise en bouche d’une sublime fresque viking !


 Konungar T1 : Invasions (0), bd chez Glénat de Runberg, Junzhen
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

Jadis, au temps des vikings. Depuis la dernière grande guerre, il y a 11 ans, les frontières du royaume nordique d’Alstavik ont été renforcées et surveillées. Les vikings craignent en effet une nouvelle invasion terrestre de leur ennemi mortel, les centaures… et par la mer, celle des celtes de Moh Ruih. Pourtant, le véritable poil à gratter du roi Rilgrid, c’est son propre frère Sigvald. Il y a 10 ans, les deux frères se sont affrontés en duel pour la succession du trône et c’est Rilgrid qui l’a emporté, malgré une terrible blessure à l’œil. Emprisonné pour avoir osé remettre en question l’héritage naturel, puis avoir été vaincu (à la loyale ?), Sigvald a été évadé par des amis, parmi lesquels le colossal Murdas, armurier royal. Depuis lors, il est devenu le chef d’une bande de brigands rusés et nombreux. Avec ses hommes, il attaque des convois d’armes ou de ravitaillement et entretient la guerre civile. Dans ce contexte, une alerte inquiétante d’un poste frontière parvient à Rilgrid : une des hautes murailles a été percée, il semble que les centaures soient de retour. Hilmar, sorcier et conseiller, rassure son souverain en lui annonçant qu’il développe une arme secrète depuis des années. A l’aide de la magie runique, il est parvenu à ranimer des morts (récents) pour les transformer en guerriers berserkers (c'est-à-dire ivres de hargne, de bestialité). La princesse Elfi, elle, quitte le palais fortifié pour proposer une trêve à Sigvald…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sylvain Runberg, le plus suédois des scénaristes belges, semble avouer un petit faible pour les sagas guerrières, et notamment celles venues de Scandinavie. Dans le registre viking, il avait déjà livré un Hammerfall un peu étrange (3 tomes chez Dupuis). En ce printemps 2011, il fait coup double : après Reconquête s’intéressant aux guerres antiques d’Asie mineure, voici de nouveau les vikings dans Konungar. Cela dit, le récit annoncé en trilogie verse plus précisément dans la fantasy, que dans le médiéval pur jus : on croise des aurochs forestiers gros comme des camions, des centaures géants et cornus carrément trop musclés et des Dvergars (entre le démon et le chimpanzé) qui veulent vous bouffer les yeux. Le contexte est celui d’un royaume en guerre, de toutes parts : un conflit intestin découle de la rivalité opposant les deux frères héritiers du trône, et une invasion de l’ennemi héréditaire centaure est en cours. Bref, plus couillu, tu meurs. Mais ce qui va vraiment vous donner envie d’enfiler votre cotte de maille, c’est le dessin du chinois Juzhen, qui avait jusqu’à présent surtout œuvré dans le milieu des comics. Son dessin infographique est littéralement subjuguant (cherchez bien, on ne l’avait encore jamais utilisé, cet adjectif là). Sa griffe réaliste est non seulement détaillée, dynamique, avec de vrais tronches, de beaux visages (Elfi !), un bestiaire pétrifiant, des scènes d’action nombreuses et limpides, mais surtout, il baigne dans une ambiance crépusculaire idoine. Visuellement, on se prend une pure claque. Et une claque de viking, en général, on s’en souvient longtemps…