parution 27 avril 2016  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Thriller

L' Art du crime T2

Le Paradis de la terreur

Pendant qu’un tueur à la canne-épée sévit dans les rues de Paris, un jeune peintre rencontre le succès. Un second tome inspiré, où la création picturale se nourrit de meurtres…


L'Art du crime T2 : Le Paradis de la terreur (0), bd chez Glénat de Berlion, Omeyer, Stalner
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

Paris, décembre 1860. Gréville, critique d’art, rêve de découvrir un peintre d’exception : le nouveau Vinci ou Caravage. Un artiste sans limites qui révolutionne l’art pictural. Pas une mince affaire. Quelques mois plus tôt, Hippolyte Beauchamp, un jeune peintre venu de Rouen pose ses bagages à Paris. Il prend ses quartiers dans une chambre de bonne sous les toits appartenant à la famille de Maxime de Champigny, l’un de ses amis. Pendant ce temps, à la Préfecture de Paris, l’inspecteur Desmazières se voit confier une mission de la plus haute importance par Monsieur le Préfet. Il doit en effet escorter la femme du Ministre qui se rend à une soirée caritative. De son côté, Hippolyte profite de son arrivée sur la Capitale pour montrer ses toiles à un galeriste qui, peu emballé par ses peintures, le renvoie à ses chères études. Découragé par ses propos, Hippolyte se laisse gagner par le spleen. Maxime lui propose de se changer les idées avec une petite virée nocturne. Ils passent chez le chapelier où son regard croise la belle Émilie Poncelet. Après une soirée bien arrosée dans un bar, les deux hommes sont pris dans un traquenard. Maxime meurt après avoir pris un coup de couteau. Hippolyte perd son meilleur ami et s’enferme dans la peinture en produisant des toiles. L’inspecteur Desmazières est chargé de l’enquête…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après un premier tome consacré au 9ème art, le deuxième tome intitulé Le paradis de la terreur a pour thème la peinture. Olivier Berlion est toujours au scénario, accompagné par Marc Omeyer, et laisse à Éric Stalner le soin de s’occuper du dessin. Le moins que l’on puisse que l’on puisse dire, c’est qu’avec ce deuxième opus, la série-concept de neuf crimes continue sur sa lancée de fort belle manière. Cette histoire à mi-chemin entre Jack l’éventreur et les Murderabilia (les peintres serial-killer) fait la part-belle à la passion créatrice née d’un événement tragique. Hippolyte Beauchamp devient du jour au lendemain un peintre inspiré et reconnu après avoir été traumatisé par la mort de son ami de toujours. Mais où puise-t-il cette verve créative ? Vous le saurez en lisant cet album bien construit où la sauvagerie meurtrière côtoie la délicatesse picturale ; et où les débuts de la police scientifique vont servir à dénouer cette sombre affaire. Le mystère est total sur la nature des toiles que l’on ne voit jamais, d’une manière très hitchcockienne (faire frissonner sans montrer !). Ce récit-curiosité bénéficie du dessin classique et réaliste de l’expérimenté Éric Stalner. L’auteur de La Croix de Cazenac n’a pas son pareil pour les thématiques historiques. Son Paris version XIXème est parfait en tous points, tant par les décors que par les costumes de l’époque. Après un premier tome intéressant à la narration un poil sinueuse, ce deuxième tome rectifie le tir et met sur de bons rails l’Art du Crime.

voir la fiche officielle ISBN 9782344004968