parution 06 avril 2016  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Thriller

L' Art du crime T1

Planches de sang

Un flic newyorkais enquête sur un serial killer vraisemblablement en quête de 5 planches finales d’un comic mythique. Mise en bouche d’une série-concept de thrillers abordant les 9 arts majeurs.


L'Art du crime T1 : Planches de sang (0), bd chez Glénat de Omeyer, Berlion
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

En 1939, le jeune Rudy Boyd Fletcher trouve une revue comics dans sa cambrousse du Missouri. Il est aussitôt subjugué par l’évasion psychique que lui procure la bande dessinée, notamment de son foyer violent. Huit ans plus tard, il est incarcéré pour ses premiers méfaits, pour trois années d’intériorisation ultime. A sa sortie, le directeur constate juste que Fletcher est resté très attaché à son comics. Bien des années plus tard, en 1972, le journaliste Herbert Kittes, spécialisé BD, est retrouvé assassiné dans son appartement newyorkais. Le jeune inspecteur de police John Stonner, surnommé Snail pour son opiniâtreté payante, est aussitôt mis sur l’affaire par sa hiérarchie. Au cours de son enquête, il découvre que la grande gloire de Kittes était d’avoir réussi à interviewer Woolton Chase, un dessinateur qui a écrit une célèbre anthologie sur les comics des années 40. Dans cette anthologie, Chase avoue avoir connu l’un des auteurs les plus mystérieux du milieu, Curtis Lowell, qui a dessiné La piste de Mesa Verde. Ce western chez les navajos est mythique, car il lui a toujours manqué les cinq dernières pages. Une hypothèse de l’enquête voudrait que le meurtrier de Kittes soit en quête de ces légendaires cinq planches, qui rendent fous les collectionneurs de BD. On pourrait donc tuer pour une BD ? Au même moment, un milliardaire philanthrope écrit une lettre à une jeune métisse, Nora Hathaway pour les faire des révélations sur ses origines. En accompagnement du courrier, se trouve le comics culte, La piste de Mesa Verde

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voici le premier venu d’une série-concept de 9 thrillers annoncés et dessinés par des artistes différents et dont les parutions seront étalées sur deux années. « 9 arts, 9 crimes, 9 histoires », le tout magnifié par un dernier album promettant une ultime révélation (en avril 2018, donc). L’idée des co-scénaristes Olivier Berlion (auteur désormais bien connu) et Marc Omeyer (écrivain-coach-théoricien de la narration), est d’ « explorer la fièvre créatrice quand elle devient vertige et engendre la folie meurtrière ». Chaque album promet une intrigue criminelle liée à un des neuf arts majeurs communément répertoriés. Evidemment, pour commencer, la bande dessinée s’imposait : elle est le 9ème art (depuis que Morris et Pierre Vanckeer l’ont ainsi baptisé en 1964). Outre le plaisir rare de pouvoir assassiner des journalistes spécialisés BD (sifflote, sifflote), les auteurs construisent dans ce premier tome une intrigue policière logique et plausible. Elle réclame néanmoins un chouya de concentration de la part du lecteur, en raison du narratif parfois non-identifié sur des séquences détachées, et des nombreux noms de protagonistes. Dans le fond, les auteurs soulignent au passage un phénomène qu’on peut constater aux séances de dédicaces des gros festivals : la sauvagerie à laquelle certains fans sont prêts à céder pour obtenir leur précieux. Auteur complet, Berlion se charge lui-même du dessin de cet épisode inaugural, à l’aide de son style réaliste aux encrages forts. On note que son héros flic a des faux airs de Tony Corso ou du Franck d’Histoire d’en ville. Solide, la première pierre est posée… un second tome mis en « peinture » par Eric Stalner suit de très près (sortie le 27 avril).

voir la fiche officielle ISBN 9782723495608