parution 01 septembre 2006  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

La loi du Kanun T2

L'amazone

Un brigand paye de son sang les crimes perpétrés par son père 20 ans plus tôt, de la main même de celle qu'il aimait tendrement. Une suite à deux vitesses, servant a priori de transition...


La loi du Kanun T2 : L'amazone (0), bd chez Glénat de Manini, Chevereau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2006

L'histoire :

Enfant dans le nord de l’Albanie, Léka Golovine est élevé par l’abominable Nykita, un russe peu recommandable. Avec lui, il enchaîne les pires larcins, des cambriolages les plus courants aux rapts de bébé. Jusqu’au jour où il est accueilli comme un frère par la famille Hila, dont la fille Sose a son âge. A ses côtés, il découvre émerveillé le cinéma, se passionne pour l’escrime et tombe éperdument amoureux de la fillette. Il décide alors d’oublier sa vie de brigand et de se racheter une conduite pour vivre définitivement avec les Hila. Avant cela, il lui faut pourtant se débarrasser de Nykita, qui lui n’a qu’une envie : dépouiller la famille Hila. Il fomente alors un plan machiavélique en envoyant son « tuteur » dans la gueule du loup : chez la mère Rob. Après avoir longuement observé la cahute de cette folle, Léka sait qu’en lieu et place du trésor que tout le monde lui prête, elle cache sous son polochon un couteau de boucher bien acéré. Gravement blessé, Nykita survit néanmoins, non sans avoir réussi à étrangler la vieille. Léka s’arrange alors qu’il soit facilement accusé du meurtre et condamné à mort. Dans les derniers jours précédant son exécution, Nykita organise une terrible vengeance : il parvient à faire déporter la famille Hila dans les mines de l’empire soviétique, sous l’accusation triviale d’anti-communisme. Léka est anéantit. 20 ans plus tard, il est sous l’emprise de la loi du Kanun…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans sa première moitié, ce second volet poursuit le récit prometteur entamé dans tome 1. On retrouve Léka et Sose, en pleine romance adolescente, dans un pays et à une époque de fous. La vengeance de Nykita clôt alors de manière poignante le flashback. On retrouve ensuite notre héros de nos jours, dans un donjon médiéval (!) entouré d’une bande de brigands prêts à mourir pour le protéger de la fameuse loi du Kanun : celle qui veut que la famille ou le descendant d’un meurtrier paye de son sang les crimes de ses parents. Cette seconde trame, plus téléphonée et un peu bancale, vient en rupture avec la magie de l’idylle de Léka. Elle illustre néanmoins une autre facette de la loi du Kanun, qui veut que seuls les hommes soient habilités à laver l’honneur de leur famille. Pour avoir le droit de « racheter le sang », la femme peut néanmoins prononcer le « serment des vierges », prendre un nom masculin et devenir homme, ou plutôt amazone (d’où le titre). Vous voyez la chute venir… Bouclant la boucle, le duel à l’épée entre Sose et Léka semblerait mettre un point final à cette tragédie albanaise (géographiquement, pas loin d’être grecque). Mais les auteurs annoncent la fin de la trilogie dans une future Résilience à venir… Pour la forme, le dessin de Michel Chevereau est très « pro », mais il manque peut-être un peu de caractère. Peut-être les couleurs ternes de Jack Manini (également scénariste), ne le magnifient elles pas à la hauteur de son talent ?

voir la fiche officielle ISBN 9782723452786