parution 27 avril 2016  éditeur Glénat  collection 1000 feuilles
 Public ado / adulte  Thème Thriller

Le Corps à l'ombre

Drazig vient de perdre sa mère. En deuil, il se pose beaucoup de questions, tandis qu’un mystérieux serial-killer assassine des jeunes filles rousses. Comme il y a 20 ans ! Un thriller zoomorphique prenant, aux allures de chronique sociale.


Le Corps à l'ombre, bd chez Glénat de Blanchart, de Thuin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

Jean-Basilic et Charles rendent visite à leur vieil ami d’enfance Drazig. Ils découvrent celui-ci allongé dans l’herbe, en train de fixer le ciel, à l’ombre de sa maison. Drazig explique que sa mère est morte au début de l’été et qu’il a du mal à surmonter cette épreuve. Mais c’est le jour de la rentrée, il va bien falloir que la vie reprenne et continue. Au lycée, Drazig retrouve son pote Serge, la rousse boulotte Emilie et le pion Gérald, qui lui présente ses condoléances. Il fait aussi la connaissance de deux nouvelles venues dans sa classe. L’une vient de perdre sa sœur, atrocement assassinée dans le parc à la mi-août ; l’autre est la fille de l’inspecteur de police qui est en charge de l’affaire. Mais ces infos effleurent à peine Drazig, qui entretient désormais un curieux rapport à la nature et à la solitude. Le soir, il va causer de son deuil avec Jean-Basilic et Charles, autour d’un feu de camp, dans le bois des hauteurs. C’est alors qu’ils ont l’impression d’être suivis. Cela, ajouté à l’orage qui se déclenche… et tous prennent la poudre d’escampette, à toutes jambes en direction de la ville. Drazig arrive ainsi époumoné et tombe direct sur trois loubards qui tentent de le racketter et lui cassent la figure. Il ignore encore qu’un nouveau meurtre de jeune fille vient d’être commis dans le bois et qu’il va se retrouver numéro un sur la liste des suspects…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après avoir livré la BD la plus épaisse de la galaxie (La proie, 1000 pages !), David de Thuin change de registre. Entre chronique sociale et enquête policière, sous des allures de BD humoristique ancré dans notre monde contemporain, Le corps à l’ombre évoque très sérieusement la douleur du deuil et rythme finalement un thriller parfaitement équilibré et prenant. Le style graphique moderne et les personnages zoomorphiques, proches des Lapinot de Lewis Trondheim, ajoutent beaucoup de légèreté au sordide de la situation de départ. En effet, alors que Drazig (quel prénom !), le personnage central aux allures de grenouille filiforme désabusée, peine à surmonter la mort de sa mère, un mystérieux tueur en série assassine des jeunes filles répondant au même gabarit : rousses et un peu enveloppées. Or cette série de meurtres en cours semble répondre à une autre, irrésolue et vieille de 20 ans auparavant… soit avant la naissance de Drazig. De Thuin distille habilement les fausses pistes et les vraies infos. Profondément tourmenté par la mort de sa mère, le héros peut-il avoir une responsabilité inconsciente dans ces nouveaux meurtres ? Les personnages s’ajoutent, se croisent, apportent leur lot d’indices, se distribuent des dialogues de djeunz doux-amer… et le lecteur se laisse volontiers convaincre par l’énigme, qui le tient tout à fait en haleine. Logique et psychologique, le dénouement n’est certes pas exceptionnel en la matière, il évite surtout l’écueil du grand-guignolesque. Cadeaux bonux : de Thuin vous réserve une énième pirouette dans les dernières pages, qu’on n’avait pas vue venir, en guise de seconde lame.

voir la fiche officielle ISBN 9782344015049