parution 25 octobre 2017  éditeur Glénat  collection 1000 feuilles
 Public ado / adulte  Thème Roman graphique

Le Syndrome de Stendhal

Un jeune duc, récemment ruiné, trouve un emploi au centre Georges Pompidou. Rétif à l’art moderne, ce poste va pourtant chambouler son être et sa vie. Un roman graphique poétique et bien rythmé, pour fêter les 40 ans de Beaubourg. Pom-pom-pidou-Wahhhh.


Le Syndrome de Stendhal, bd chez Glénat de Herrou, Sagar, Moreno, Cardona
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2017

L'histoire :

Frédéric Delachaise se présente à Beaubourg, avec sa carte de chômeur. Mais il s’est trompé d’entrée, il vient pour travailler, et le responsable de la sécurité Jacques Lefian l’accueille rapidement. C’est un petit homme, sec et pressé. Ancien de la légion, il ne cadre pas avec ses employés qui, comme Murier, sont des artistes qui arrondissent leurs fins de mois. Mais Frédéric ne rentre pas dans ce moule-là, lui qui n’a pas l’air d’avoir déjà travaillé, qui ne voit pas l’art dans les œuvres qu’il est censé surveiller… Il s’endort pour son premier jour, et déserte sa place pour aller boire un café ! Le soir, quand il rentre et qu’il doit potasser le catalogue du centre, il est outré par les œuvres, leurs titres, etc. Déjà qu’il a du mal avec Picasso… Lui, ce qui lui plaît, c’est la danse. Il regarde Fred Astaire, chausse ses claquettes et s’élance comme un fou sur Shall we dance, de Georges Gershwin. Il n’est pas bien dans sa peau, Frédéric. Il ne sait pas draguer, il ne sait pas dire non, et il va se marier avec une femme qu’il n’aime pas. Mais sa vie va changer…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un duc ruiné, en passe de faire un mariage de raison avec une famille de riches parvenus sans scrupules, décroche un job par Pôle Emploi. Plutôt élevé dans le classique, il se retrouve dans un symbole de ce qu’il déteste, le Centre Pompidou. A longueur de journées, il subit les discours alambiqués des guides et les demandes de renseignements des touristes. Mais il n’a jamais su dire non, et il n’assume pas vraiment sa vie, il est à côté… Son seul bonheur, c’est de danser, et il est plutôt bon… Mais voilà, l’art va s’emparer de lui. A mesure qu’il va mieux connaître les œuvres, il va entrer en contact avec elles, au point de passer dans une autre dimension, dans une espèce de transe incroyable, il va ressentir l’art par tous les pores de la peau. Stendhal avait été pris de vertiges à Florence, devant tant de beautés, notamment en sortant d’une église, Santa Croce. Le syndrome de Stendhal peut ainsi mener quelquefois à des vertiges, voire des hallucinations. Notre héros est complètement à ce stade-là, où il va converser avec les œuvres, avec leurs personnages, il va devenir l’art… Aurélie Herrou, qui vient du cinéma, a choisi le burlesque pour désacraliser l’art contemporain. Fan de Tati, Melki, Sellers, Herrou place son héros dans des situations cocasses qui changent considérablement sa vie, comme une espèce de renaissance. Son histoire est parfaitement rythmée et le lecteur est tout de suite attendri par ce personnage complètement paumé, qui a la chance d’être entouré par des collègues et supérieurs très compréhensifs… Le dessin du catalan Sagar, semi caricatural, est simple et très expressif. Il est dans l’esprit de la ligne claire, les détails sont gommés pour soutenir la narration. Il y a une belle fluidité et une vie incroyable dans le résultat. Les scènes d’hallucination avec les œuvres contemporaines sont jouissives et certaines très drôles. Les clins d’œil à la BD et au cinéma sont nombreux, dans un album qui est un lien drôle et agréable entre les arts, une passerelle de sensibilité.

voir la fiche officielle ISBN 9782344022856