parution 22 juin 2011  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy, Guerre

Sang royal T2

Crime et châtiment

Désormais roi aux côtés de Sambra, Alvar va faire l'objet d'un complot visant à le faire souffrir, fomenté par l'ancienne reine Violena et son fils Rador, nourris de haine et de jalousie. Un beau dessin mais un scénario écœurant...


 Sang royal T2 : Crime et châtiment (0), bd chez Glénat de Jodorowsky, Liu
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

Alvar est remonté sur son trône en compagnie de sa femme Sambra qu'il croit être sa fille. Nourris par la haine et la jalousie, son ex-femme Violena et son fils Rador ont mis au point un stratagème visant non pas à lui ôter la vie, mais bel et bien à le voir souffrir, quitte à devoir en mourir ensuite. Violena et Rador ont donc envoyer une meute de chiens sauvages pour massacrer les troupeaux du roi, faire diversion et ainsi éloigner l'armée du château. Alvar et ses soldats, alertés, volent au secours du troupeau : 400 têtes de bétail ont déjà été tuées. Pendant ce temps, Violena et Rador ont fait enlever Sambra pour la mutiler. Rador est donc chargé d'exécuter le châtiment : à l'aide d'un sabre, il lui tranche le nez et les seins ! L'objectif est simple : il s'agit d'ôter à Sambra sa beauté, afin que la vie d'Alvar devienne une souffrance. En lieu et place de son amour pour Sambra, Alvar lui vouera alors une pitié insupportable et sombrera en enfer... Alvar revient ensuite au château et découvre sa femme qui, défigurée, mutilée et enfermée dans sa chambre, refuse de lui ouvrir. Désormais face au crime, Alvar fait le serment d'une vengeance à la mesure du sacrilège...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tenter de retrouver une forme originelle de pureté dans l'essence humaine, c'était peut-être l'ambition de Sang Royal et de son scénariste. Évidemment, vu sous cet angle, l'histoire ne pouvait être que radicale. Le 1er tome s'inscrivait ainsi « en toute humilité » dans la veine tragique d'un Shakespeare ; le deuxième a pour modèle Dostoïevski, version Crime et Châtiment... Mais restons sérieux une minute : Alejandro Jodorowsky n'a hélas pas le talent d'écriture de ces deux génies de la littérature, et ce n'est pas Sang Royal qui prouvera le contraire. Provocateur, manichéen, se vautrant allègrement dans la violence complaisante et outrancière, le scénario est digne d'une mauvaise blague... Un défilé de scènes gore, rapides et gratuites, assorti de dialogues complètement niais et ampoulés, font de Sang Royal un navet presque total. On ne croit pas une seconde à ce déversement de haine sous forme de règlement de compte avec l'humanité, et on ne souscrit pas non plus à cette morale douteuse qui fait de la loi du talion une règle universelle. Au risque de verser dans une violence vaine et racoleuse, les thèmes habituels de Jodorowsky nous sont assénés à chaque détour de case (amoralité, inceste, sexe, mutilations option charniers...) qui, en s'accumulant toutes les dix pages, finissent par dégoûter, ennuyer ou agacer. L'empilement frise l'absurde et la subversion, s'il y a, se perd dans le comique. Reste heureusement un dessin beau, très cru et pas suggestif pour un sou, parfaitement dans le ton. Quoique sur certaines planches, le rendu lorgne davantage vers la peinture ou la photographie (p.8), que le dessin. Bref, une fois ôté ce visuel d'excellente facture, Sang Royal 2 ressemble à un défouloir morbide, creux et sans intérêt. Pire, le propos est écœurant... Après tant d'excès inutiles, on termine la lecture soulagés... Alors, suite ou pas ? Franchement, peu importe. (Réservé à un public averti).

voir la fiche officielle ISBN 9782723473897