parution 01 février 2012  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Policier, Historique

Special Branch – cycle 1, T2

La course du Léviathan

Enquêtant sur un crime probablement perpétré il y a 22 ans, la Special Branch pense avoir découvert l’identité du cadavre. A moins que…Tout cela, en tout cas, dérange en haut lieu. Un second tome passionnant, au suspens insoutenable.


 Special Branch – cycle 1, T2 : La course du Léviathan (0), bd chez Glénat de Seiter, Hamo
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2012

L'histoire :

En 1889, prés de Liverpool, lors du démantèlement du paquebot Great Eastern, les ouvriers découvrent entre les coques du navire, un cadavre enroulé dans un tapis. Les premiers éléments de l’enquête confiée à l’inspecteur Pilaster orientent l’affaire sur un crime vieux d’une vingtaine d’années. En outre, une photo découverte dans la poche du veston du macchabé semble impliquer Sir Cavanagh, un éminent membre de l’amirauté. Pour ces raisons, l’enquête est transférée à Charlotte et Robin Molton de la « Special Branch », une unité de police secrète et scientifique. Épaulés par Palister, le frère et la sœur Molton ne tardent pas à remonter le fil des événements pour avoir la certitude que le nœud du mystère prend racine sur une traversée entre Liverpool et New York en mars 1867… A cette époque, le capitaine William Cavanagh rencontre sur le restaurant du navire, table 13, Richard Volpes et sa jeune sœur Sarah. Et justement, nos enquêteurs pensent avoir, grâce à une montre et quelques recoupements, identifié Richard Volpes comme étant « le cadavre du tapis ». Le seul problème vient du fait que Richard Volpes a pourtant bien débarqué avec sa sœur à New York. Ainsi d’ailleurs que la totalité des passagers enregistrés à Liverpool au départ : un mystère de plus à élucider. En tout cas, l’affaire agite la bonne société anglaise. En particulier Sir Oliver Mansfield, un riche banquier, qui préfère délaisser ses problèmes liés au projet de construction du canal de Panama, pour être plutôt attentif à ce qu’on n’exhume pas trop vite le passé…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ferrés par une mise en bouche qui avait su installer le parfait décorum du polar victorien, nous voici la gueule ouverte, hors de l’eau, à chercher l’oxygène en raison d’un 2éme opus au suspens particulièrement bien manié. Dynamisée par son découpage habile et une mise en scène brillante, l’intrigue prend ainsi des allures de délicieuse torture. Flashbacks, lieux, protagonistes s’entrechoquent alors tour à tour, toutes les 2 ou 3 planches, pour roder méticuleusement une mécanique dévidant fil à fil l’écheveau du mystère : un cadavre vieux de 22 ans découvert entre les coques du légendaire Great Eastern et un amiral ou quelques huiles de la « Society » pas clairs pour 2 pennies... Roger Seiter se paye d’ailleurs le luxe de tisser sa toile en puisant dans la légende de ce rafiot qui a vraiment existé. Et d’inviter, également, Jules Verne himself pour éclairer nos enquêteurs (l’écrivain a réellement voyagé sur le navire et s’est inspiré de son périple pour écrire Une ville flottante). En tout cas, nous voilà embarqués à suivre plusieurs pistes. Nous voilà attentifs aux investigations scientifiques de la frangine (empoisonnement ? toxicomanie ? hum ! hum !). Nous voici pendus aux déductions du frangin (qui nous aiguillent sur l’identité du cadavre) ou flairant les détails distillés par les flashbacks évoquant l’origine du mystère (mais qu’est ce que Sir Cavanagh peut avoir à se reprocher ?). Et enfin, partageant le désir que les mailles du filet se resserrent sur l’égorgeur et son coquin de commanditaire… Mais rien de définitif pour autant. Le scénario enfonce quelques portes ouvertes – qu’on espère être des fausses pistes, évidemment – tout en réalimentant habilement le feu des rebondissements judicieux. Suspendu par un cliffhanger mettant en scène un personnage inattendu, ce 2éme tome a juste le défaut de nous faire patienter encore un chouya. Le mystère devrait en effet se dénouer dans le prochain numéro. Bref, voilà une série qui tient pour l’heure toutes ses promesses et pour laquelle l’élégance du dessin ou la justesse de la colorisation (impeccables pour distiller l’atmosphère du récit) fonctionne parfaitement.

voir la fiche officielle ISBN 9782723484329