parution 23 février 2011  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Mondes décalés, Thriller

Uchronie[s] – Saison 1, T10

Epilogue

Episode final d'une vaste saga de SF, mettant en scène trois réalités parallèles d'un New York futuriste. La boucle est bouclée : cohérente et surprenante à la fois...


 Uchronie[s] – Saison 1, T10 : Epilogue (0), bd chez Glénat de Corbeyran, Chabbert, Studio gotem, Francescutto, Guerineau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

L'histoire débute au cœur de New Harlem, bien avant que Zack découvre ses dons de prescient, lorsque dans la rue des quartiers pauvres, il devine qu'un homme va se faire abattre devant ses yeux. Un jeune enfant de New Harlem prénommé Allan reçoit la visite d'Andy Miller, jeune étudiant qui s'est spécialisé dans la détection précoce des dons de prescience. Sa visite est bientôt suivie par celle de deux hommes en costume cravate, qui font à Mrs Galloway, sa mère adoptive, une proposition qu'elle ne peut refuser : ils lui achètent littéralement son enfant, pour lui permettre d'aller utiliser ses dons au service d'une entreprise privée. A bout de ressources, la jeune mère qui vient de perdre son mari, victime d'une chute d'échafaudage, ne peut refuser. Allan va démarrer une carrière frutueuse au sein de la société Kindred. Mais les quelques 15 ans de bonheur qu'il vit en compagnie de la très belle Emily vont connaitre une fin abrupte lorsque ses dons de prescience se transforment en dons de retro-cognition. Strictement interdites par l'élite au pouvoir, les visions du passé font d'Allan un banni, un homme sans argent renvoyé de son entreprise, condamné à voler un peu de nourriture dans les épiceries du quartier. Excédé par ces vols à répétition, un épicier finit par alerter les forces de l'ordre. Allan tente de s'enfuir, pour finalement se faire rattraper par la police, qui n'hésite pas à lui tirer dans le dos... sous les yeux du jeune Zack.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En démarrant cet album de cloture sur le personnage clé de la scène emblématique de la série (l'homme qui se fait abattre en sortant de l'épicerie), le scénariste Corbeyran nous réserve un bel effet de surprise. En situant son action au cœur de New Harlem, il donne une dimension imprévue à cette histoire, tant tout portait à croire que New York serait la réalité de référence de la série, celle dans laquelle tout allait boucler. Dès lors, on observe avec un véritable intérêt le déroulement de cette énième lecture des évènements, qui vont détailler de quelle manière les recherches sur la fusion noire ont toujours été au cœur des préoccupations des autorités de New Harlem. Il va falloir beaucoup de patience pour que, malgré les fins relativement tragiques des derniers albums de chaque réalité, un nouvel enchainement des choses voie le jour, suffisamment surprenant pour justifier la lecture de cet album. Il reste néanmoins les défauts inhérents à la série depuis ses débuts : quelques invraisemblances frappantes qui permettent au personnage de s'introduire dans un lieu hyper protégé sans grande difficulté (vous me direz que le cinéma regorge de ces invraisemblances...), et une construction des intrigues qui n'aura au final jamais approfondi la personnalité des héros, malgré quelque 500 pages passées ensemble. Sur le plan visuel, Eric Chabbert livre de son coté un boulot hyper professionnel, sombre et précis, digne des très belles pages qu'il avait fournies pour New Byzance. Au final, Uchronie[s] aura été un beau projet scénaristique, accrocheur et cohérent, malgré quelques faiblesses passagères. Une initiative ambitieuse loin des clichés du 46 planches millimétré...

voir la fiche officielle ISBN 9782723465083