parution 27 septembre 2017  éditeur Kramiek  Public ado / adulte  Thème Guerre

Un Australien à Gallipoli

En 1914, les australiens entrent aussi en guerre. Durant des mois, ils tenteront de prendre la péninsule de Gallipoli (les Dardanelles, Turquie), en vain. Un récit mémoriel instructif sur un front méconnu de la Grande Guerre.


Un Australien à Gallipoli, bd chez Kramiek de Starke, Holfeld
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Kramiek édition 2017

L'histoire :

Le 5 août 1914, une cloche retentit dans un village australien. Wally Cardwell et Roy Martin, deux jeunes fermiers patriotes, annoncent dans leurs foyers que le début d’une guerre mondiale vient d’être annoncée. L’Angleterre a en effet déclaré la guerre à l’Allemagne, or l’Australie fait à l’époque partie de l’Empire. Il est de leur devoir de soutenir la mère-patrie. En outre, la sécheresse perdure et les condamne à l’oisiveté sur leurs terres. Ils s’engagent donc au sein de l’ANZAC (Australian and New Zealand Army Corps), pour participer à une guerre qu’on annonce courte. Ils sont grands et costauds, ils passent facilement les tests médicaux. Dans les jours qui suivent, ils paradent en tenue militaire sur le trajet qui les mène au port. Sur le pont, ils sympathisent avec un troisième larron de leur âge, Tom Harney. Cinq semaines plus tard, ils se retrouvent en Egypte, à bénéficier d’un étonnant tourist-tour au pied des pyramides ! Eux qui pensaient se retrouver en France… Les semaines passent et toujours pas de combat. Ils passent leur temps à creuser des tranchées et à jouer aux cartes. Enfin, en avril 1915, on les envoie au front, en Turquie, sur la péninsule de Gallipoli, de l’autre côté du détroit des Dardanelles, côté européen du continent. Il s’agit de se rendre maître du passage vers la mer noire, alors sous domination ottomane, alliés des allemands…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ce one-shot zoomorphique, la scénariste australienne Ruth Starke et le dessinateur Greg Holfeld, le plus canadien des australiens, font œuvre de mémoire sur l’engagement de leurs compatriotes dans la première guerre mondiale. En effet, de ce côté-ci de la planète, on résume souvent la grande guerre aux tranchées de Verdun. A l’époque, l’Australie faisait néanmoins partie de l’Empire britannique et ses soldats s’étaient enlisés eux aussi sur un front meurtrier : les Dardanelles (en Turquie). C’est l’histoire forcément tragique de cet engagement meurtrier qui est ici mise en exergue, et qui ressemble furieusement à tout ce qu’on a pu lire dans le registre hexagonal. On retrouve le patriotisme naïf, l’impatience du combat, l’improbable attente, la camaraderie dans les tranchées, les conditions sanitaires déplorables, la menace permanente d’un ennemi invisible, les trêves contre-nature, la tragédie de perdre brutalement des amis… La guerre hideuse, en somme. L’originalité vient donc du focus sur un front méconnu, mais surtout du traitement zoomorphique des personnages. Etant donné qu’ils viennent d’Australie, ils sont représentés sous la forme de kangourous pour les trouffions, ou de koalas pour les médecins et les officiers supérieurs. Les turcs épousent quant à eux la forme de caracals, des sortes de lynx typiques de cette région. Dessinées à l’encre et complétées au lavis, les planches de Holfled sont fort convenablement mises en scène et rythmées de manière fluide. Un cahier documentaire de 7 pages, revenant plus précisément sur les termes employés et les contextes, conclut cet efficient récit mémoriel de 61 planches.

voir la fiche officielle ISBN 9782889330591