parution 28 juin 2013  éditeur La boîte à bulles  collection Contre-coeur
 Public ado / adulte  Thème Politique, Historique, Roman graphique

Printemps Noir

D'après le témoignage d'Alejandro Gonzales Raga

Alejandro est un Cubain né peu après la révolution castriste de 1959. Alors que ses parents défendaient corps et âme le régime communiste, lui va tenter d'en combattre les dérives, au prix de sa liberté. Un témoignage historique éclairant et nécessaire.


Printemps Noir : D'après le témoignage d'Alejandro Gonzales Raga (0), bd chez La boîte à bulles de Emery, Humeau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©La boîte à bulles édition 2013

L'histoire :

Depuis 2008, Alejandro, un Cubain, vit à Madrid en Espagne. Et pour cause, il a été libéré de prison dans son pays. La condition de sa libération était de partir à l'étranger, loin de Cuba... Alejandro est né au moment de la révolution castriste, le 29 janvier 1959. Fidel Castro et les Barbudos (guérilleros de la révolution) viennent de renverser Batista. La mère d'Alejandro était une fanatique de la révolution, d'autant plus qu'après la dictature de Batista, tout un peuple soutenait Castro, considéré comme le libérateur. Des comités de quartier dirigés par les habitants devaient protéger le pays contre les attentats terroristes et l'espionnage. En réalité, ils permettaient de contrôler la population et encourageaient la délation contre les ennemis de la révolution. Rapidement, le régime se durcit et Alejandro est envoyé à 13 ans dans une école militaire. Il subit la propagande marxiste et voit plus tard le régime sombrer dans la répression et la surveillance pendant la guerre froide, par peur des « impérialistes ». Alejandro s'éveille alors à la politique et décide de lutter dans un pays où la vie est dure et les libertés réduites à la portion congrue : marché noir, rationnement, surveillance, censure, parti unique, rôle croissant de l'appareil policier... En 1980, l'idée de fuir le pays le travaille. Commence alors pour lui un chemin de croix...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A tous ceux qui auraient encore la tentation d'idéaliser les vertus du communisme, malgré les exemples de l'URSS stalinienne, de la Corée du Nord ou de la Chine populaire, Printemps Noir constitue une réponse cinglante et bienvenue. C'est celle d'Alejandro le Cubain, ancien prisonnier politique, fils de la révolution castriste, témoin de ces bouleversements et héraut de la lutte pour les libertés individuelles dans un pays rongé par la dictature. A 13 ans, il intègre l'école militaire puis expérimente la propagande quotidienne dans l'exercice de l'internationalisme prolétarien. Crise de Cuba, guerre froide, embargo... puis la répression d'un régime toujours plus soucieux de « réalisme politique » : censure des Beatles, emprisonnement des opposants politiques (artistes, religieux, homosexuels, hippies) dans les UMAP, arrestations de militants. Alejandro le dissident, conscient de la mutation à l'œuvre, va tenter de résister, écrire et militer. Mars 2003, l'opération Printemps Noir l'envoie en prison... A rebours des décors de carte postale pour touristes, il conte son expérience à la fois banale (des milliers de Cubains l'ont vécue) et singulière, car rares sont les prises de paroles libres. C'est donc un témoignage fort et éclairant sur l'état de Cuba, qui révèle dérives et excès d'une dictature socialiste qui étouffe les libertés (expression, réunion, association) et contrôle les médias. C'est aussi l'histoire d'une révolution dévoyée et le rêve d'un idéal transformé en cauchemar pour ses opposants. Si le trait tremblant n'enthousiasme guère mais convient ici pour décrire l'errance d'Alejandro, la mise en couleurs vive, elle, est tout à fait réussie, à l'image de la jolie couverture. Autre bonne idée : avoir intégré des photographies en noir et blanc (comme dans Le photographe) avec parcimonie. Cela permet d'intensifier le réalisme et l'authenticité du témoignage. La narration, sobre et neutre, qui alterne récit d'Alejandro et description du contexte historique, intéresse quant à elle de bout en bout. Documenté avec rigueur et précision, présenté avec clarté et facile à suivre pour le profane, agrémenté de quelques notes de bas de page et d'une chronologie dense (pas assez synthétique toutefois), Printemps Noir, vibrant plaidoyer pour les droits de l'homme et la défense d'une parole libre, rend aussi hommage à tous ceux qui, au prix de leur vie, osent défier les dictatures. Une histoire vraie du XXIème siècle qui fait froid dans le dos, mais aussi le signe d'un changement à venir. Actuel et nécessaire. A découvrir.

ISBN 9782849531747