parution 01 mars 2010  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Conte - Féerie, Chronique sociale, Fantastique - Etrange, Historique

La légende du Changeling T3

Spring Heeled jack

Après avoir survécu à l'explosion de la mine, Scrubby doit affronter une nouvelle épreuve le mettant sur la piste d'un dangereux meurtrier. Chronique sociale, suspens, féérie et somptueux dessin : un vrai cadeau...


La légende du Changeling T3 : Spring Heeled jack (0), bd chez Le Lombard de Dubois, Fourquemin, Smulkowski
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2010

L'histoire :

Son père abattu par l’armée lors d’une révolte ouvrière ; sa mère sombrant dans la folie puis se jetant dans la Tamise ; et maintenant la mine victime de son maléfique propriétaire pour une explosion ravageuse : il est bien loin le temps où Scrubby foulait forêt et verte campagne, sous le regard avisé du petit peuple féérique conjugué à la bienveillance du vieillard de Wistman’s wood. Il serait pourtant facile d’y retourner, mais il n’est pas encore temps : on besoin de lui dans les bas-fonds crasseux de cette Londres déshumanisée par le progrès. En premier lieu, il lui faut retrouver sous les décombres de la mine dévastée sa tendre amie Laura. D’un baiser, il lui offre son souffle, sans imaginer qu’ainsi il la sauve. Car seuls, tels lui et Rob, les êtres baignés par légende et magie, ont pu survivre à la puissance de l’explosion. Bientôt, on ne tarde pas à oublier la mine et pour survivre, le garçon arpente les docks à la recherche de babioles, de bijoux égarés qu’il pourra revendre pour, éventuellement, offrir une belle étole de soie à Laura… et gagner un baiser. Mais ne te réjouis pas trop vite, petit garnement : le bonheur est furtif, l’ombre gagne aussi du terrain. Et qu’il vienne avec une berline empressée ou par un gros bateau, le mal ne tarde jamais à s’abattre sur ceux qui nous sont précieux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après que la magie du trait et l’art de conter nous aient permis de nous faufiler, avec délice, dans les bois épais et mystérieux de la campagne anglaise… Après qu’ils nous aient plongés dans le ventre grouillant des mines… c’est du coté des docks londoniens que nous suivons le terriblement attachant Scrubby dans un 3e chapitre tout aussi réjouissant que les précédents. Jubilatoire, en tous cas, au regard de l’effet produit sur notre addiction à suivre cette saga. Car du coté du récit, on ne peut pas dire que ça respire la quiétude, l’allégresse et le bonheur béat. Au contraire, à nouveau, tous tombent comme des mouches autour du petit bonhomme aux cheveux rouges et aux oreilles pointues, pour une intrigue sur laquelle planent les ombres du célèbre « Ripper » et de Spring Heeled Jack (un personnage du « folklore » anglais). Cette coloration policière est doublement judicieuse. D’abord, parce qu’à nouveau elle se fond parfaitement dans le contexte historique victorien en ne se privant pas de faire de larges clins d’œil à Dickens et aux légendes urbaines d’époque. Ensuite, parce qu’elle détourne subtilement l’intention primaire du propos de la série : les éléments féérico-légendaires sont ainsi essaimés avec malice, entretenant juste ce qu’il faut la flamme du mystérieux destin de Scrubby. Celui-ci est présentement mis de coté, pour mieux nous sauter dessus, vraisemblablement, bientôt. Bref, cet entrelacs, tout aussi subtil qu’à l’accoutumé, permet de lover la légende au creux d’une réalité sombre et crue : la couleur, l’espoir et la foi en la nature intrinsèque du monde, en contrepoids des dégâts collatéraux de la révolution industrielle. A nouveau, ce chapitre se gorge de 2 atouts maitres : une voix-off fluide et limpide au service d’un art de conter et de happer ; un trait somptueux, parfaitement adapté à ce mélange d’univers à la Dickens et de féérie. Une excellente série !

voir la fiche officielle ISBN 9782803626410