parution 11 mars 2011  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Historique

Vasco

Les mémoires secrets de Vasco

En 7 chapitres richement documentés, Vasco nous livre ses secrets de fabrications. Un véritable précis historique qui reflète la méticulosité d’un auteur passionné : Gilles Chaillet. Indispensable pour les fans…


Vasco : Les mémoires secrets de Vasco (0), bd chez Le Lombard de Révillon, Chaillet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2011

L'histoire :

Cet ouvrage hors série n’est pas une bande dessinée à proprement parler, mais un recueil d’illustrations, de croquis, de documents de travail et d’archives largement commentés et analysés. Le but est de permettre aux fans de la série et de son auteur, Gilles Chaillet, d’approfondir la richesse de leurs univers, de percer les secrets de fabrications et de comprendre les inspirations des 22 albums aujourd’hui parus. Ce travail documentaire est découpé en 7 chapitres thématiques. La genèse revient sur le contexte de la fin des seventies, et sur les motivations de la création de ce héros italien médiéval. Commis de banque détaille le contexte financier dans lequel il évolue… car Vasco est riche, jeune et aventureux : finalement, c’est un peu Largo Winch à l’époque de la Renaissance ! Chrétien tolérant explique son ouverture au monde, à une époque particulièrement soumise à la chose religieuse. Le chapitre 4 Io ti amo, Sophie aborde ses rapports plutôt platoniques à la gente féminine et plus particulièrement son amour avec la princesse Sophie Cantacuzène. Le musée de Vasco permet de décrypter le travail de stakhanoviste auquel s’est livré Chaillet pour sa série : ses sources d’inspirations (photos, tableaux, amis…), ses techniques pour le dessin et la colorisation appliquée par son épouse Chantal Defachelle. La Rome de Vasco apporte moult détails sur l’incroyable amour que porte l’auteur pour la ville de Rome, depuis son plus jeune âge, et qui servit logiquement souvent de décor à Vasco. Enfin, le dernier chapitre Voyageur infatigable, permet de constater que grâce aux voyages et aux repérages de l’auteur à travers l’Eurasie, l’Italie ne fut pas le seul cadre des aventures de Vasco…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Au terme de la réédition des aventures de Vasco en 7 intégrales, les éditions du Lombard posent la clé de voûte d’une œuvre historique sublime avec ce livre documentaire très instructif de 80 pages. Le découpage thématique (voir résumé) permet de faire un tour exhaustif du sujet et, à en croire Luc Révillon, qui s’est livré à l’exercice de synthèse et de rédaction, il a fallu faire des choix draconiens dans les archives de l’auteur afin de rester dans des proportions d’éditions raisonnables… En premier lieu, l’on revient donc sur la genèse du héros : formé aux côtés de Jacques Martin, Gilles Chaillet avait d’emblée opté pour un trait classique… mais à l’époque, il ne lui a guère été facile de se démarquer d’Alix et de l’antiquité romaine, vu qu’il était passionné de bande dessinée, d’Histoire et de Rome (ou plus largement l’Italie). L’auteur avait d’ailleurs commencé 30 pages d’un album se déroulant à cette époque, La légion des damnés (1975). Puis en 1979, la rédaction du journal Tintin lui proposait de créer un nouveau héros. Chaillet se démarquait donc d’un Alix brun et lui imposait un agenda de péripéties très chargé, entre le moyen-âge et la Renaissance. Sans entrer dans le détail des autres chapitres, ce qui stupéfait à la lecture de ces extraits et commentaires, c’est le recul avec lequel Gilles Chaillet a embrassé sa carrière : dès ses 14 ans, il réalisait des planches de BD dans une veine « martinienne » des plus abouties (style Alix), mettant en scène des personnages dans des contextes historiques ultra-authentiques. L’autre impression qui saute aux yeux, « évidemment », c’est la méticulosité artistique, la rigueur historique, vestimentaire et architecturale à laquelle s’employait Chaillet pour camper la moindre de ses cases. On apprend aussi, le sourire aux lèvres, que deux nouveaux albums sont en préparation, qui verront notamment Vasco confronté au monde paysan : dans Les enfants du Vésuve et le Village maudit - ou La cité ensevelie, le titre ne semble pas encore bien défini – actuellement dessiné par Frédéric Toublanc. D’humeur toujours généreuse, l’érudit Gilles Chaillet ouvre ses tiroirs ; ce serait lui manquer de respect que de ne pas en profiter…

voir la fiche officielle ISBN 9782803628704