parution 11 mai 2017  éditeur le Tripode  Public ado / adulte  Thème Roman graphique

Le Livre

L’Ancien Testament regorge de faits symboliques et moralisateurs. Nicolàs Arispe réinterprète certains passages à sa façon, avec un dessin envoûtant et expressionniste.


Le Livre, bd chez le Tripode de Arispé
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©le Tripode édition 2017

L'histoire :

Alors qu’au départ, tout n’était que confusion et chaos, Dieu a fait le monde en sept jours. Au premier jour, il conçut la lumière qui sépara la lumière des ténèbres. Il créa ensuite, au deuxième jour, un firmament au milieu des eaux et il appela ce firmament « ciel ». Il sépara le ciel du « sec » et il appela l’élément solide, « terre ». C’était le troisième jour. Lors du quatrième jour, il sépara le jour et la nuit et les étoiles et les astres furent nés. Le cinquième jour, il peupla la terre d’êtres vivants : les poissons, les oiseaux, les animaux, en différenciant toutes les espèces. Finalement, le sixième jour, il créa l’homme à son image. Le septième jour, Dieu acheva son œuvre. Satisfait, il se reposa pendant une journée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Vous croyez tout connaître de la Bible ? C’est que vous n’avez pas encore lu « Le livre » de Nicolàs Arispé. L’auteur argentin offre effectivement une vision toute personnelle de quelques chapitres bien connus. Se concentrant sur l’Ancien Testament, Arispé adapte uniquement sept chapitres de la Bible (le chiffre sept n’étant sûrement pas pris au hasard) : la création bien entendu, le sacrifice d’Abraham, la justice de l’Archange Michel, la souffrance de Job, les lamentations d’un pauvre pêcheur, l’armée d’Ezechiel et la mésaventure maritime de Job. Les chapitres sont très courts mais se veulent le plus percutant possible, un peu comme le sermon d’un prêtre. Pas de bulles ni d’encadrés narratifs : les textes accompagnent le dessin comme une légende et une explicitation. Le ton est tout à fait déconcertant, Arispé jouant sur la symbolique graphique et la toute-puissance de son dessin. En effet, tous les personnages (divin, prophète ou croyant) sont des animaux zoomorphes. Ce choix étrange plonge le texte dans une symbolique inédite et donne lieu à des scènes surréalistes et sidérantes. Ainsi, Dieu, lors de la création du monde, est un industriel cagoulé qui sort la vie de ses machines ! L’archange Michel est un immense rapace au regard perçant. Job est un reptile dont la peau est rongé par le doute et le soleil désertique, tandis qu’Abraham est un ours qui doit sacrifier son fils au beau milieu de la banquise, près d’un navire échoué. Cette représentation inédite de textes sacrés peut paraître fantasque et opaque parfois. Pourtant, la beauté du dessin en noir et blanc, qui rappelle les plus grandes gravures d’époque, fascine et invite à la méditation et à la réflexion. Certains passages sont de toute beauté, comme la solitude du croyant, pauvre petit oiseau, qui ne demande qu’à rejoindre le Seigneur ; ou l’armée de buffles morts qui renaît par la volonté de Dieu. Les animaux sont très expressifs et incarnent parfaitement la violence de l’Ancien Testament et son ton brut et quasi mystique. C’est également une façon de montrer, par l’absurde, que l’homme est à l’égal de l’animal : une créature de Dieu. Si La Fontaine avait réécrit la Bible, cela aurait donné Le livre

voir la fiche officielle ISBN 9782370551184