parution 16 septembre 2015  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Thriller

Arène des Balkans

Après 20 ans d’exil, un croate revient au pays avec son fils… aussitôt enlevé pour devenir gladiateur moderne. Un thriller contemporain réaliste et glaçant.


Arène des Balkans, bd chez Les Humanoïdes Associés de Macan, Thirault, Miguel, Montes
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2015

L'histoire :

Croate d’origine, Frank Sokol est établi depuis plusieurs années à Thunder Bay, au Canada, où il exerce en tant que pompier professionnel. Jadis marié, il est désormais veuf, mais il a un fis, Ben, âgé d’une douzaine d’années. Le gamin est essentiellement élevé par ses grands-parents maternels, mais le père et le fils se vouent une grande affection réciproque. Ce soir-là, Frank apprend par un coup de téléphone que sa mère vient de décéder au pays. Il négocie difficilement avec ses beaux-parents d’emmener Ben en Croatie, pour l’enterrement. Ben veut faire le voyage, en partie pour découvrir tout un pan de famille qu’il ne connait pas. Le père et le fils s’envolent donc pour Rijeka, où ils sont accueillis par Anto, le frère ainé de Frank. Celui-ci est aigri et un tantinet agressif. En gros, il reproche à Frank d’avoir laissé tomber sa famille, sa patrie, d’être obligé de s’occuper de la famille depuis des années. Frank retrouve tout de même le reste de la famille et présente Ben avec plaisir. Il croise aussi le regard d’Ivana, sa belle-sœur, qui semble en pincer toujours beaucoup pour lui… Dans ce rapport ambigu, se trouve aussi sans doute les origines du ressentiment d’Anto. Franck retrouve son père amoindri, en fauteuil roulant. A l’exception de la crise d’épilepsie du neveu Rok, les obsèques se déroulent bien. Mais Ben, qui ne comprend pas la langue, est rejeté par ses cousins. Ils le harcèlent, le bastonne et lui cassent son portable. C’est dans un de ces moments de confusion qu’il s’éloigne de la maison et se fait enlever par deux inconnus sur le parking d’un supermarché. Mais dans quel objectif ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ce one-shot, le scénariste Philippe Thirault tisse un thriller contemporain et social méticuleux, certes imaginaire, mais « inspiré de faits réels », comme l’indique la page de garde. Brrrr… voilà qui glace le sang. Car si les paris sur les combats sont vieux comme le monde (les jeux du cirque, spectacle familial, avaient leurs gladiateurs), l’effroi vient ici du fait qu’ils soient imposés sur des enfants, leur survivance pour récompense. C’est-à-dire l’innocence de notre humanité, confrontée à la loi du plus fort, à la sélection naturelle primale, brute et sauvage. Thirault prend tout d’abord le temps d’installer en détails un contexte familial tout à fait plausible. Il faut attendre la page 39 (sur 108) pour assister à l’enlèvement du jeune héros et à l’horreur qui s’ensuit. Le reste alterne l’enquête personnelle du père aux abois et l’apprentissage de la violence chez Ben – question de survie ! La tension s’installe, sourde et progressive. On y croit, on s’attache, on espère, on redoute… Le final recourt à une révélation cohérente et le thriller est réussi. Il l’est d’autant plus, que le dessin de Jorge Miguel laisse de côté son rendu semi-réaliste trasho-zombiesque (Z come zombies) pour un style réaliste encré parfaitement abouti et constant. Un bel exemple de pluralisme chez le portugais, qu’on espère vite retrouver dans une future production. Une bonne surprise !

voir la fiche officielle ISBN 9782731687071