parution 12 novembre 2009  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Western

Bouncer – cycle 2, T7

Coeur double

Troublé par le charme de deux soeurs jumelles, le Bouncer doit-il convaincre son neveu de vendre ses terres ? Conclusion d'un cycle toujours prestement barré, sublimé par le dessin réaliste de Boucq.


 Bouncer – cycle 2, T7 : Coeur double (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Jodorowsky, Boucq, Bossard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2009

L'histoire :

Depuis que le Bouncer a rencontré Evelyn, l’institutrice de Barro City, il ne pense plus qu’à elle. Il croit voir son visage dans la rocaille, son corps à chaque virage, il s’imagine la posséder… Il fait alors route en solitaire vers la propriété de Carolyn, sans se douter que cette dernière fomente un plan diabolique. Il sait juste qu’elle rachète et convoite toutes les terres de la région, mais il en ignore la raison. Celle que l’on surnomme « la veuve noire » habite un étrange manoir construit tout au fond d’un obscur canyon. En arrivant sur place, le Bouncer est alerté par des coups de feu. Il pénètre dans la demeure l’arme au poing, sur ses gardes. Il découvre Carolyn échevelée et époumonée sur la table du salon, un cadavre tout frais entre les cuisses. Celle-ci lui explique que ses hommes de mains ont voulu abuser d’elle et qu’elle a du les flinguer, en légitime défense – ce qui n’est pas tout à fait exact… Le Bouncer se laisse d’autant plus facilement attendrir, qu’à l’exception d’une hideuse cicatrice en travers du visage, elle est le sosie parfait d’Evelyn ! Carolyn lui explique qu’elle est sa sœur jumelle. Remise de ses « émotions », elle emmène ensuite le Bouncer à l’extérieur pour lui exposer la vérité sur ses velléités de rachats fonciers. Au fond du canyon, coule une source d’eau pure, susceptible de rendre fertile une bonne partie du désert, d’en faire un paradis de verdure. Carolyn espère que ces louables intentions inciteront le Bouncer à convaincre son neveu Seth de lui vendre ses terres… Or, pendant ce temps, Axe-Head (le bandit qui a une lame de hache en travers du crâne) et ses 7 enfants mènent pour son compte une sauvage attaque de diligence bourrée de lingots d’or…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce septième opus termine le troisième cycle des aventures du Bouncer, en diptyque. Narrées par Jodorowsky, les aventures du plus célèbre manchot du 9e art – option western – empruntent évidemment des voies au mieux surprenantes, au pire incongrues. Cette fois, le Bouncer est directement confronté à la perfide « veuve noire », pour un dénouement qui ne ressemble à rien de déjà-vu – c’est une marque déposée Jodorowsky. A travers les développements parfaitement immoraux (une autre marque de fabrique), le scénariste joue beaucoup sur la symbolique, notamment biblique (le neveu Seth, le fils Abel, le serpent sous l’arbre…). Jodo s’amuse aussi à mettre dans la bouche des ses personnages des dialogues diversement fleuris (la première séquence préquelle est à ce sujet très drôle). Mais la grande plus-value de ce tome 7, c’est bien entendu le dessin réaliste de François Boucq, d’une virtuosité qu’il n’est plus besoin de louer. A travers son coup de crayon spontané et précis, gueules patibulaires et panoramas sauvages s’harmonisent dans un décorum de far west crédible, malgré les divagations du scénar (qui peut être assez fou pour construire un manoir victorien au fond d’un canyon ? Comment Axe-Head peut-il vivre normalement avec une lame de hache plantée dans le crâne ?). En bref, Bouncer dans toute sa démesure…

voir la fiche officielle ISBN 9782731622423