parution 01 mai 2010  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Diosamante

La passion de Diosamante

La reine Diosamante tombe passionnément amoureuse d'un souverain qu'elle voulait tuer. Pour s'en montrer digne, elle entreprend un long voyage en quête de la perfection. Un chef-d'oeuvre graphique au service d'un récit très... Jodorowsky.


Diosamante : La passion de Diosamante (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Jodorowsky, Gal
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2010

L'histoire :

Reine du royaume d’Arhas, incroyablement belle, Diosamante s’offre chaque première nuit du Nouvel An à celui de ses valeureux guerriers qui aura mis à mort les autres prétendants. Ils sont nombreux à vouloir partager sa couche, même s’ils savent que, telle une mante religieuse, la belle reine finira par les dévorer. A ce petit jeu, l’armée s’en trouve vite décimée. Les barbares sont aux portes et rien ne peut plus les arrêter. Le royaume est à l’agonie. Interrogeant une vielle femme sur les raisons de ce déclin, Diosamante s’entend dire qu’elle n’est pas aimée, qu’en la personne du Roi Urbal, il y a plus fort et surtout plus sage qu’elle. Pour la Reine, c’en est décidemment trop. Aussi décide-t-elle d’aller tuer ce fameux Urbal de ses propres mains. Déserts, fleuves, montagnes et divers périls, avant de se retrouver devant le souverain du royaume de Sarabba pour accomplir son projet. Mais à peine a-t-elle fait quelques pas pour s’approcher du trône d’Urbal, qu’elle en tombe éperdument amoureuse. Un sentiment qui se mêle instantanément à la honte qu’elle éprouve pour elle-même. C’est pourquoi elle décide de parcourir le monde les yeux bandés. Elle ne les rouvrira que lorsqu’elle sera devenue digne de son aimé.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Diosamante est née de la volonté d’Alexandro Jodorowsky et de Jean-Claude Gal d’unir leurs talents. L’un imaginant une héroïne, parfait contrepoids aux guerriers virils qui avaient alimenté les premiers récits du dessinateur. L’autre acceptant pour la première fois d’avoir recours à la couleur, alors que le noir et blanc à l’encre de chine était son unique mode d’expression. Prévue en 4 tomes, la saga voit le jour en 1992 avec La parabole du royaume en feu… mais s’éteint rapidement, suite au décès du talentueux dessinateur, qui n’achèvera pas La parabole du fils perdu (tome qui sera terminé par Igor Kordey). Cette nouvelle édition reprend sous le titre La passion de Diosamante, le premier tome initial. Elle est complétée des 20 planches achevées du second tome (ici prenant le titre des Enfants de Diosamante), d’un résumé de la conclusion prévue à l’origine par le scénariste et de plusieurs planches de crayonnés. Incontestablement, il s’agit, via cette nouvelle présentation, de rendre hommage au fabuleux travail du regretté Jean-Claude Gal sur la série. On assiste effectivement de bout en bout à du grand art qui, quelque soit le propos et l’intérêt qu’on y accorde, régale les yeux. En véritable enlumineur, l’artiste propose pour chacune de ses cases un travail minutieux, ciselé en orfèvre avec finesse, mis en couleur avec doigté et pour autant pas avare dans le dynamisme et le mouvement. Un graphisme en tout point incroyablement adapté à un univers mêlant science-fiction, récit antique et heroïc-fantasy. Pour notre part, en tous cas, reléguant à des milliers kilomètres la majorité des propositions actuelles (hyper informatisées-lissées-sucrées) lorsqu’il s’agit de se frotter à ce genre de saga. Quant à l’histoire du parcours initiatique de cette reine-guerrière passionnément amoureuse, c’est une autre paire de manches. Pas franchement mauvais, mais ne soulevant que peu de surprises pour qui s’est déjà aventuré dans un des scénarii philosophico-initiatique du Maître. A découvrir toutefois…

voir la fiche officielle ISBN 9782731622645