parution 30 mars 2011  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public adulte  Thème Erotique, Mondes décalés

Le Coeur couronné

Au moment où sa femme le quitte, Alain Mangel, professeur à la Sorbonne, s’amourache d’une étudiante possédée par la foi. Elle le conduira sur un chemin semé de surprises. Un récit d’apparence complexe, mais surtout délirant.


Le Coeur couronné, bd chez Les Humanoïdes Associés de Jodorowsky, Moebius, Cacouault, Janjetov, Breton, Smulkowski
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2011

L'histoire :

Depuis quelques temps, un des amphis de la Sorbonne est bourré comme un œuf. On se précipite en effet facilement pour se pâmer devant le discours d’Alain Mangel, un professeur de philosophie. Le bonhomme a sa kyrielle d’admirateurs, attifés de violet (couleur du maitre), de la casquette aux petits dessous affriolants. Certains ont même un laissez-passer pour assister à son anniversaire et bénéficier ainsi d’une surprise peu commune : l’épouse de Mangel annonce devant l’assistance médusée, son intention irrévocable de divorcer pour faire sa vie avec son amant. L’événement fait rapidement le tour de la faculté. Et le lendemain, pendant son cours, le professeur est copieusement raillé. Pire encore : l’amphithéâtre se vide petit à petit, pour n’être plus occupé que par une poignée d’irréductibles fidèles. Parmi ceux-ci, Élizabeth qui boit ses paroles comme du bon lait. A la fin de son intervention, elle s’invite chez lui et s’offre sans honte. Mais Mangel refuse ses avances, préférant la méditation à l’acte physique. Pourtant, un peu plus tard, quand elle lui téléphone pour l’inviter à la rejoindre à la basilique du Sacré Cœur, il lui semble impossible de refuser…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Huilé pour la science-fiction via la saga de L’Incal, le tandem Jodorowsky-Moebius s’offre une trilogie au cœur du XXe siècle, à (re)découvrir ici dans une intégrale, histoire de mieux l’avaler. Pour autant, l’ensemble proposé est loin d’être conventionnel, déployant sans complexe un récit aux accents délirants, fidèle à la « patte » du duo… Suivons donc ce bon professeur Mangel. Universitaire distillant la philosophie, écouté par un large panel d’amirateurs(trices), le voilà quelque peu déstabilisé par un divorce et l’arrivée dans sa vie d’une étudiante possédée par la foi. Le périple délirant qu’il entame alors avec elle le conduira à : de drôles de rencontres, un enlèvement, des meurtres, un petit voyage en Colombie et même la paternité. Ce scénario est aussi – et surtout – un prétexte à une satire de la religion chrétienne, doublée d’une mise en relief des limites du tout-penser. A ce titre, le personnage central est en permanence ballotté entre raison et immatérialisme effréné. Du coup, il est indispensable de procéder à une lecture au second degré (et débarrassée des dialogues mystico-philosophiques peu accessibles, voire agaçants) pour apprécier la force humoristique de l’ensemble, qui est au final, avant tout, un joyeux délire ayant dû bien amuser les auteurs. On s’étonnera simplement de la fin un peu brutale de la trilogie, laissant le sentiment qu’il fallait se raccrocher aux branches pour boucler. D’ailleurs, on oubliera même de nous livrer le sort de certains des protagonistes principaux. Moebius ne nous offre peut-être pas le dessin apocalyptique habituel, mais il fait parfaitement le boulot. Publics avertis (quelques scènes frôlent la pornographie), jetez-y un œil, en tous cas à l’occasion.

voir la fiche officielle ISBN 9782731623727