parution 07 novembre 2018  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Anticipation, Thriller

Simak T2

Jeux mortels

En cherchant l’assassin de son partenaire, Phoenix trouve surtout sa vraie nature : il est un simak, une créature métamorphe dotée de capacités redoutables. Et sa tête est mise à prix. Conclusion d’un diptyque de SF sombre et brutal.


 Simak T2 : Jeux mortels (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Frissen, Ponzio
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2018

L'histoire :

Policier et amnésique, Phoenix s’est rendu sur la planète dépravée Solar Corona, dédiée au jeu et la luxure, pour tenter d’y retrouver l’assassin de son coéquipier Makuma. Il s’y est fait une alliée féminine et flik, en la personne d’Anah… mais il a aussi appris sa propre nature. Car Phoenix ignorait jusqu’alors qu’il est un simak, c’est-à-dire une créature métamorphe, capable de se transformer en à peu près n’importe quoi, et notamment de convertir ses bras en armes contondantes en un centième de seconde, ou encore d’absorber des molécules tierces. Or il est justement très recherché par l’archi-président de cette planète, le puissant Tooxow Vinokur. Car 12 ans plus tôt, alors même qu’il venait d’être conçu par le programme Hyperflesh et qu’il avait la forme d’une prostituée de luxe, un dérèglement de son programme avait abouti à la mort dans d’atroces souffrances du marquis d’Adara, président du cartel des planètes minières. Dès lors, Tooxow avait interdit la production de simak et il avait condamné celui-ci à être détruit. Mais le professeur Ursus n’avait pas admis de devoir détruire sa créature. Et au contraire, il l’avait amélioré d’incroyable manière et libéré. Tout cela, Phoenix va le découvrir en commençant par prendre l’apparence d’une pilote de vaisseau spécialisée dans des jeux de cirque géants…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tel la créature métamorphe Simak dont il est question dans ce diptyque de pure science-fiction dérivé de la série Méta-Baron, le scénariste Jerry Frissen est plutôt doué dans la capacité à imiter Alessandro Jodorowsky. Il manipule en effet des concepts de SF jouissivement glauques et barrés, qui mélangent moult pulsions organiques et sulfureuses de la psyché humaine : désirs sexuels, hybridations multiples, velléité de domination, cupidité, inversion des principes vertueux de notre époque… La discussion de la famille de spectateurs dans l’enceinte des « jeux du cirque » est un exemple flagrant de la révolution mentale jodorowskienne. Pour le reste, cet épisode referme de manière cohérente et prenante tous les fils narratifs entrouverts. La recherche sur l’assassin de Makuma aboutit, et par là-même, les racines et la genèse du bien-nommé Phoenix se révèlent par le truchement de flashbacks proposés aux moments judicieux. Cette partition à réserver aux adultes (il y a des scènes gores…) est admirablement mise en scène par les bidouillages infographiques de Jean-Michel Ponzio, plus « graphiques » et immersifs que jamais. En effet, ses décors de SF sont toujours aussi vastes et détaillés (ex : la page 16 et ses 3 cases panoramiques aurait presque mérité 3 doubles pages entières pour qu’on profite de leur souffle futuriste). Et ses personnages redessinés à partir de photos d’amis ou d’acteurs se fondent de mieux en mieux dans le décor. En somme, un chouette diptyque de SF, sombre et tortueux à souhait.

voir la fiche officielle ISBN 9782731671148