parution 07 septembre 2017  éditeur Les Impressions Nouvelles  Public adulte  Thème Sentimental, Erotique

L' Epinard de Yukiko

Frédéric tombe amoureux de Yukiko alors qu'il vit au Japon. Un haïku narratif et visuel de toute beauté, qui montre l'amour d'une façon forte et originale. Un instant de poésie pure.


L'Epinard de Yukiko, bd chez Les Impressions Nouvelles de Boilet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Impressions Nouvelles édition 2017

L'histoire :

Frédéric doit aller à une exposition sur la Nouvelle Vague. Cest là qu'il rencontre la belle Yukiko Hashimoto. Il tombe tout de suite amoureux de cette étrange asiatique. Elle lui donne son numéro de téléphone en souriant alors qu'ils rentrent ensemble en voiture, mais elle le donne également à Horiguchi. Quelques jours plus tard, il l'appelle et il la voit à Shinjuku. Ils s'embrassent en fin de soirée, mais il sent alors que quelque chose ne va pas. Pourtant, Yukiko est superbe avec son sourire énigmatique et ses traces de varicelle sur le front qui ressemblent à la presqu'île de Bora Bora. Alors qu'ils mangent, Yukiko avoue qu'elle a déjà quelqu'un en vue. Frédéric comprend très vite qu'il s'agit de Horiguchi. Elle lui a donné son numéro en dernier et de façon si discrète, que cela cachait forcément quelque chose. Selon lui, si cela n'était pas sérieux, elle ne se serait pas donné autant de mal pour lui donner son numéro. Ils se revoient quelques jours plus tard. Yukiko a réussi à appeler Horiguchi. Il est avec sa compagne qui revient du Brésil et ne sera donc pas disponible avant plusieurs jours. Frédéric lui propose alors de vivre une relation qui sera juste une parenthèse. Profiter l'un de l'autre sans se poser de questions...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L'épinard de Yukiko est une des œuvres phares de Frédéric Boilet, un auteur français « japonisant ». Les Impressions Nouvelles republie cette œuvre dans une version augmentée de plusieurs pages de croquis en annexe et des textes en français et japonais. Cette rencontre entre l'auteur et Yukiko Hashimoto est un hymne exceptionnel à l'amour et à l'art. Tantôt muse du dessinateur, tantôt bourreau des cœurs et tantôt objet du désir, l'album est le portrait étonnant d'une femme japonaise libre et fascinante. Dans des portraits serrés, des croquis ou des esquisses du visage, Boilet donne vie à une femme « fatale » qui a emporté son cœur et son âme. L'amour transparaît à chaque page et le rythme lent et contemplatif sublime les sentiments. On sent la passion qui anime l'auteur à chaque instant. La complicité du couple est si intense et si vraie, qu'on se demande s'il s'agit d'une autobiographie ou une œuvre universelle. Même les scènes de sexe deviennent hautement poétiques, tant le dessin sublime le corps de la femme aimée et rend hommage au désir et à l'amour. Tout est asiatique dans le langage, le visuel, la pudeur et la poésie des petits instants. Comme une sorte de haïku, l'œuvre de Boilet joue sur les silences et les non-dits qui sont parfois aussi forts que ce que l'on montre. Le dessin est unique avec une alternance de dessins réalistes, puis de croquis, ou de reprise de photos. Le texte imite ce style ou tout se mêle, pèle-mêle, avec des morceaux de phrases qui se répètent ou des réflexions qui reviennent du passé. Comme si la forme imitait les désordres d'un cœur qui bat bien trop fort pour la belle Yukiko. Le noir et blanc est également plein de douceur et cadre parfaitement avec la profondeur du ton. Le tout pourrait paraître plein de tristesse et de douleurs amères, mais l'espoir renaît à la fin, comme la vie qui offre son lot de souffrances et de moments de bonheur. Plus proche du style manwha coréen que du style manga japonais, Boilet peint comme personne le véritable visage de l'amour. « Cette voix du cœur qui seule au cœur arrive » comme le disait Alfred de Musset...

voir la fiche officielle ISBN 9782874495427