parution 24 octobre 2014  éditeur Lucky Comics  Public enfant / ado / adulte  Thème Western, Humour

Les nouvelles aventures de Lucky Luke T6

Les tontons Dalton

L’éducation d’un garnement est confiée aux frères Dalton, sous la surveillance rapprochée de Lucky Luke. Un épisode (trop ?) « classique », inspiré des Tontons flingueurs


Les nouvelles aventures de Lucky Luke T6 : Les tontons Dalton (0), bd chez Lucky Comics de Pessis, Gerra, Achdé, Mel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Lucky Comics édition 2014

L'histoire :

Lucky Luke est convoqué au pénitencier de Muffin Junction, où sont incarcérés les frères Dalton. Embarrassé, le directeur lui explique qu’un courrier notarié a récemment été remis à Averell – le plus gentil et le plus gourmand des frangins – pour lui apprendre qu’il était désigné parrain officiel d’un gamin, Junior Dalton. Agé d’à peine 10 ans, ce garnement est le fils d’Emett, l’un des cousins Dalton (que Lucky Luke a jadis flingués). Durant la tournée européenne de sa mère, danseuse pour Buffalo Bill, la garde de Junior a été confiée aux cousins Dalton… sous la double surveillance rapprochée de Lucky Luke et d’un notaire chargé de veiller à la bonne exécution de l’opération, maître Blanchini. Lucky Luke a beau trouver cette obligation bancale, il doit appliquer la loi. Les Dalton sortent donc de prison, conduits ligotés en carriole et en train jusqu’à la demeure de Rupin City où ils devront pourvoir à l’éducation de Junior. Pourvue d’un majordome, la demeure est aussi luxueuse que la ville est calme et opulente. Les administrés apprennent d’ailleurs avec crainte et agacement la présence des bandits en leurs murs…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce 6ème épisode des aventures renouvelées de Lucky Luke s’appuie sur un fait divers authentique, évoqué en postface : Emmett Dalton, le plus jeune de la réelle fratrie des célèbres bandits, fut blessé par balle à 23 reprises lors de l’attaque de la banque de Coffeyville (Kansas). Or, contre toute attente, il survécut et mena ensuite une vie riche à sa sortie de prison (il a notamment incarné son propre rôle au cinéma). Le postulat imaginé et co-scénarisée par Laurent Gerra et Jacques Pessis veut que cet Emmett ait eu un enfant, confié par sa mère à la garde des quatre cousins – plus inoffensifs et plus abrutis, aussi – bien connus des lecteurs de Lucky Luke. Evidemment, le gamin est un garnement ; évidemment, sous l’influence de Joe, les Dalton vont essayer de tirer profit de la situation – voire de descendre leur vieil ennemi Luke au passage. Evidemment, Lucky Luke veille pour éteindre les incendies. Les auteurs avouent que cette problématique est globalement inspirée de la trame des Tonton flingueurs, en hommage. Mais une fois posée, les rebondissements s’enchainent le plus naturellement du monde, sur un air de déjà-vu. Il n’est sans doute pas facile de renouveler Lucky Luke sans le dénaturer. L’épisode ne manque pas d’humour non plus… mais celui-ci reste bien mou, en-deça de la grande ère Goscinny. Ce n’est pas mauvais… ce n’est pas génial non plus. Achdé fait quant à lui sérieusement le job, en respectant la griffe et le « cahier des charges graphique » établi par Morris. On le remercie notamment pour quelques caricatures ad hoc : les tontons Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche (dans le rôle du notaire) et Robert Dalban (dans le rôle du majordome), avec des clins d’œil à Marc Veyrat et Karl Lagerfeld.

voir la fiche officielle ISBN 9782884713580