parution 07 mai 2010  éditeur Marsu Productions  Public enfant / ado / adulte  Thème Humour, Aventure - Action

Marsupilami T23

Croc vert

Une botaniste et son neveu étudient la flore palombienne, lorsqu'ils sont attaqués par le ventrocabra, une plante carnivore géante qui sort de sa tanière tous les mille ans. Adaptation en BD d'un des « meilleurs dessins animés » ? Pas convaincant.


 Marsupilami T23 : Croc vert (0), bd chez Marsu Productions de Colman, Batem, Cerise
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Marsu Productions édition 2010

L'histoire :

Le jeune Hector Forrest le confie à son journal intime : il s’apprête à quitter Londres pour vivre, avec sa tante, la botaniste myope Diane Fossette, une aventure époustouflante, en forêt équatoriale palombienne. Hector s’est amplement prépare et équipé, lui qui rêve d’y rencontrer son idole, le rarissime marsupilami ! Une fois sur place, Hector et Diane s’enfoncent durant plusieurs jours dans la jungle, accompagnés d’une poignée de guides autochtones. Un jour, Diane tombe en pamoison devant une colonie d’Immobilis tempus, une espèce mystérieuse de fleur sauvage. Aussitôt, un campement artisanal et néanmoins sophistiqué est établi au pied d’un gros arbre. Tandis que Diane installe ses appareils photos, Hector commence l’assemblage du camp. Mais ils sont vite découragés par la fragilité de leurs infrastructures, face aux bêtes sauvages et aléas d’un environnement hostile. Ça se casse, leurs provisions sont ravagées et Hector est même attaqué par un arbre Kibouftou ! Heureusement, le marsupilami, jusqu’alors tapis dans l’ombre, intervient et s’avère une aide providentielle, lui et sa petite famille. Les jours qui suivent sont donc idylliques pour Hector et sa tante. Jusqu’à ce qu’ils retrouvent, un beau matin, leur camp dévasté, avec des traces inquiétantes jonchées de cadavres d’animaux et de piranhas… Mais qui est responsable d’un tel carnage ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Autant le dire d’emblée, ce 23e opus n’est pas vraiment le meilleur de la série. L’atout du Marsupilami était jusqu’à présent d’être le seul animal improbable à évoluer dans un environnement luxuriant relativement normal. Cette fois, nos amis se frottent sans conviction à une espèce de plante carnivore géante, franchement grand-guignolesque, le ventrocabra, à mi-chemin entre faune et flore (elle se déplace, creuse des terriers, raisonne…). A ce qu’il parait, selon l’éditeur, le dessin animé dont a été librement adaptée cette aventure, est l’un des meilleurs ( ?). Passons, ce ne serait qu’un point de détail à accepter, si la lecture de l’ensemble n’était pas aussi décousue. Le décorum graphique est pourtant respectueux de l’univers mis en place par André Franquin, notamment au travers du dessin dynamique de Colman (c’est déjà son 5e album). Mais malgré les intentions écolos, vaguement présentes, ce tome 23 est loin d’atteindre la pertinence de propos et la fluidité narrative du maître. La narration est surtout très morcelée pour être totalement prenante par le jeune public : la voix off du cahier de voyage ne colle pas toujours aux scènes visuelles des cases, et surtout, on saute très souvent, parfois frénétiquement, de contextes, sans liant. Ce mode opératoire peut fonctionner dans certains BD « de genre », auxquels n’appartient pas trop le Marsupilami. Bref, si ce découpage participe d’une volonté de modernisation, elle n’est guère convaincante. Rendez-nous les indiens chahutas et le chasseur teigneux Bring Backalive !

ISBN 9782354260354