parution 23 août 2019  éditeur Même pas mal Editions  Public ado / adulte  Thème Humour

Cacas ratés T2

Le retour

Olivier Texier redouble la première syllabe « ca » et dessine plein de jeu de mots avec des crottes. Un cacatalogue cracrado pleinement régressif et scacato, assumé comme tel.


 Cacas ratés T2 : Le retour (0), bd chez Même pas mal Editions de Texier
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Même pas mal Editions édition 2019

L'histoire :

Un cacâlin, un symbole kakawaï, un type même pas cacap’, un cacasse-croûte, des cacarottes rapées, une cacamomille, un cacake aux olives et aux cacâpres.
Faisons un conconcours, en classant ces aliments en fonction de leur nombre de cacalories : le cacafé en poudre, le cacafé en grains, la glace au cacaramel, la cacanette de caca, le bol de cacacao, la piazza cacalzone (et son verre de chianti), la cacarafe de vin. De quoi intéresser les cacarnivores qui mangent au KKFC…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans une pure veine (une hémorroïde ?) scatologique, Olivier Texier s’amuse pour la deuxième fois à mettre en scène des crottes – des grosses, des petites, des gluantes, des solides, des liquides… – à partir de tout un tas de mots commençant pas « ca », dont il redouble la première syllabe pour aboutir au vénéré « caca ». Exemple : cacamembert, cacanabis, cacalvitie, cacamisole… Oui, en plus d’être facile (dans le dico, 1955 mots commencent par « ca ») l’exercice est on ne peut plus dégueu et régressif… et c’est tout à fait assumé. Si on l’accepte – et si vous en êtes là, c’est que vous avez déjà fait un gros bout de chemin dans ce sens – il peut se révéler drôlatique. A condition, du moins, de ne pas attraper de nausée en intellectualisant au premier degré les représentations qu’il génère. Songez en effet à ce qu’on peut dessiner pour illustrer un cacascadeur ou un cacataclysme… Mention spéciale pour le kakamasutra, qui permet à l’auteur d’aller au bout de l’incongru. Alors certes, ce petit recueil de dessins légendés (aucune narration, ici) à couverture souple ne risque pas de décrocher un fauve d’or à Angoulême. Mais on doit reconnaître à Texier d’assumer brillamment cette niche délicate de publication. En outre, une grande partie de ses dessins sont plutôt aboutis et prouvent ses capacités d’illustrateur dans un éventuel registre tout public. Il en est tout à fait cacapable au lieu de se cacanaliser à des cacatalogues de cacarabins.

ISBN 9782918645328