parution 06 février 2013  éditeur Mosquito  Public ado / adulte  Thème Espionnage, Esotérique

Markheim

Dans la ville de Markheim, au XIXème siècle, un homme cauchemarde : il est vieux dans XXème siècle ruiné par la guerre. Et réciproquement… Un récit hypnotique et sinistre, nimbé d’onirisme, allégorique sur la vanité de l’existence ?


Markheim, bd chez Mosquito de Rodolphe, Marcelé
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Mosquito édition 2013

L'histoire :

Au XIXème siècle, un homme arrive par le train en gare de Markheim. C’est le soir, il neige et subjugué par l’amour qu’il porte à cette ville, il en oublie tout ce pourquoi il est là, et même son nom. Un cocher le hèle – Monsieur Ans ! – et l’invite à monter. Ans s’exécute et demande à ce qu’on le conduise « comme d’habitude ». Le voilà accueilli à l’hôtellerie du Cheval blanc, par un repas composé d’un délice d’asperge. Plus tard, il découvre dans sa chambre 13 que la serveuse est également son amante, éperdument amoureuse de lui. Après une nuit d’amour, il se réveille le lendemain avec le vague souvenir d’une mission : il doit aller à la ferme éloignée de ses parents. Un cocher accepte de le conduire jusqu’à un croisement. En raison des congères de neige, il devra finir son trajet à pieds. Ans chemine ainsi et retrouve tous les plaisirs simples de jadis : un accueil chaleureux, les parfums de la chaumière, l’épluchage de légumes, la vareuse du père accrochée à l’entrée… Trois jours plus tard, il lui fallait redescendre et regagner l’hôtellerie en ville, ainsi que les bras de son amante. C’est alors que les cauchemars commencent. Le monde dans lequel il se retrouve est terne, triste, comme usé par des années de guerre. Lui se voit vieux, dans un lit situé dans une pièce encombrée de médicament et d’un capharnaüm crasseux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec Markheim, le scénariste Rodolphe propose un récit déroutant, qui remet en cause la linéarité du temps et de l’âge. Ici, au XIXème siècle, un certain Monsieur Ans vit les moments heureux d’une vie faste, mais sans objectif précis, à part une vague mission… A la volupté d’un luxueux palace et de bras aimants, il alterne avec les doux et simples souvenirs d’un foyer parental, un cocon familial quasi infantile. En parallèle, un vieil homme – qui est lui-même, peut-être plus tard, peut-être dans un pan de réalité parallèle – subit des cauchemars dans un XXème siècle où planent des relents d’oppression et de déchéance. Entre eux deux, on devine un conflit militaire de grande ampleur, qui a bouffé une grande part d’humanité. Le vieux rêve qu’il est jeune, le jeune rêve qu’il est vieux… Tout n’est que réminiscences du passé ou du futur, imprégné de nostalgie ou de funestes désillusions. Cette mystérieuse expérience onirique et mentale permet à Philippe Marcelé, déjà compère de Rodolphe sur les 5 tomes de Gothic, de dérouler un très joli dessin stylisé en niveaux de gris. Certes peu engageant aux yeux du grand-public, ce visuel est néanmoins parfaitement en phase avec l’ambiance mortifère. Sa technique graphique ressemble à de la carte à gratter, avec à la base, un papier de planche sans doute gris, qui se complète d’un dessin à l’encre de chine ou des hachures et masses de blancs. Et chose peu commune : voilà une bande dessinée qui n’a pas de fin, mais vraiment pas de fin (on vous laissera découvrir comment cela est possible). Cette chronique relativiste se veut sans doute une allégorie sur la vanité de l’existence, une aigre illustration de l’obscène immuabilité du temps qui passe. C’est tout à la fois habile et évasif, comme souvent dans les récits de Rodolphe. On ne comprend assurément pas tout, mais ça laisse un poisseux sentiment…

voir la fiche officielle ISBN 9782352830856