parution 22 avril 2015  éditeur Paquet  collection Cockpit
 Public ado / adulte  Thème Guerre, Historique

Ciel de guerre T2

Cocardes en flammes

En mai-juin 40, les aviateurs français comprennent avec aigreur que la drôle de guerre se solde par une cuisante défaite. Dès lors, faut-il obéir à Vichy ou entrer en résistance ? Suite d’une chronique de guerre (aérienne) documentée.


 Ciel de guerre T2 : Cocardes en flammes (0), bd chez Paquet de Pinard, Dauger
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2015

L'histoire :

En mai 1940, la France est officiellement en guerre contre l’Allemagne. Les aviateurs de la base d’Orconte ignorent encore que la première bataille sera éclair et radicale. Ils réceptionnent ce jour-là de nouveaux Curtiss retapés de la base d’Auxerre. Chatel, quand à lui, se remet de sa blessure suite à un crash « en douceur ». Dans le ciel, ses collègues enchainent les missions de reconnaissance et de protection, sans se priver de temps en temps d’aligner un « Schmitt » à leurs trophées de chasse. Mais rien de plus que des escarmouches. Les membres de la base se demandent quand se terminera cette drôle de guerre sans activité notoire. A quoi jouent les bureaucrates du ministère ? La propagande sur les écrans de cinéma a beau glorifier l’armée française, des craintes d’invasion émanent du côté de Dunkerque. Soudain, l’ordre est donné aux chasseurs de survoler une colonne de panzers allemands pour les « impressionner ». C’est une hécatombe : la flak (DCA mobile allemande) canarde les engins français, qui se crashent les uns après les autres. Chatel est ainsi mis en déroute par une collision en plein air, mais il parvient à poser son Curtiss sur le ventre et à s’en sortir vivant. A pied sur les routes du nord de la France, il prend alors la mesure de la débandade en cours…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans la suite logique du premier tome, Ciel de guerre continue de mettre en scène la « drôle de guerre » vécue par une poignée de chasseurs aériens français. Emmenés par le jeune héros Chatel, ces militaires prennent cette fois subitement la mesure que la guerre est perdue avant même d’avoir commencé. C’est la débâcle, dont la fulgurance est à la mesure de l’attaque éclair allemande. L’heure est alors au choix cornélien : être patriote, est-ce obéir aux ordres post-armistice du Maréchal pour une France occupée mais paisible, ou migrer vers la France libre au sud ? Voire plus sulfureux encore : entrer en rébellion larvée, ou à distance, comme ce déserteur de De Gaulle qui passera sûrement en cours martiale ! Les acteurs du récit se divisent et n’obéissent pas forcément au manichéisme typique que le recul de l’Histoire nous accorde aujourd’hui. L’autre bon point dans le scénario de Philippe Pinard est offert par la vue d’ensemble qu’on a du ciel, lors des nombreuses séquences aériennes : elle permet de prendre de la hauteur sur cette chronique documentée et de mesurer la force allemande et la débandade française. Un bémol toutefois : par leur style littéraire appliqué et leur souci du détail, les nombreux dialogues manquent largement de fluidité. Cette rigidité rend le rythme de lecture un brin laborieux et limite clairement l’empathie qu’on peut porter aux personnages. Elle se ressent aussi dans le dessin un peu froid et technique d’Olivier Dauger, qui demeure néanmoins d’une grande précision et d’une finition irréprochable dans sa ligne claire. En bref, un sacré beau boulot, qui ne porte pas tout à fait ses fruits…

voir la fiche officielle ISBN 9782888907022