parution 28 mai 2014  éditeur Paquet  collection Cockpit
 Public ado / adulte  Thème Guerre, Historique

Ciel de guerre T1

Les diables rouges

En mai 1940, des pilotes français se mobilisent à la hâte en découvrant que les allemands ont initié une « blitzkrieg » par les Ardennes. Premier opus d’une quadrilogie focalisant sur la « Bataille de France ».


 Ciel de guerre T1 : Les diables rouges (0), bd chez Paquet de Pinard, Dauger
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2014

L'histoire :

Le 9 mai 1940, un « Reco » du GAO (Groupe Aérien d’Observation) se pose sur la base aérienne de Xaffévillers (Vosges) avec d’étonnantes informations. Il affirme en effet qu’il a vu des Panzers allemands s’amasser dans la forêt ardennaise, un massif réputé encore plus impraticable que la ligne Maginot. Au même moment, Etienne de Tournemire fait une promenade à cheval dans les vignes champenoises, en compagnie de sa cousine Caroline, grande productrice de Champagne de prestige. Ils sont alors survolés par une escadrille de Messerschmidt, des avions allemands. Aussitôt, Etienne se met en alerte maximale. Car à cette époque, la France et l’Allemagne sont officiellement en guerre, mais une guerre encore passive… pour le moment (NDLR : la « sitzkrieg », guerre assise ou « drôle de guerre », sera suivie par la « blitzkrieg », guerre éclair). Or Etienne est pilote et il s’empresse de rejoindre l’aérodrome de Reims pour sauter dans un Curtiss, à destination de Xaffévillers. Dans sa précipitation, il en oublie même de prendre une radio et une carte de vol ! Heureusement, il est providentiellement escorté jusqu’à la base par deux collègues. Avec une caisse de champagne sortie de sa soute, il s’y fait rapidement apprécier par ses futurs camarades de vol. O dès le lendemain, leur première sortie aérienne tourne mal…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ciel de guerre met en scène des pilotes français à partir du dernier jour de ce qu’on a appelé la « drôle de guerre » (au début de la seconde guerre mondiale), sur le point de participer à la « bataille de France ». En effet, depuis la déclaration de guerre faite 9 mois plus tôt (le 3 septembre 1939), les belligérants s’arment et se livrent parfois à des escarmouches aériennes… sans réels combats de terrain. Or au moment où débute le récit, la Blietzkrieg est initiée (le 10 mai 1940). Après avoir conclu les 5 opus de Ciel en ruine, s’intéressant aux combats aériens à la fin de la guerre du point de vue allemand (déjà pour la collection Cockpit de Paquet), les auteurs Philippe Pinard (au scénario) et Olivier Dauger (au dessin) rempilent ici pour 4 tomes, mais ils focalisent cette fois sur le début de la guerre, appréciée côté français. Nul élément fantastique ou mystique ne vient cette fois perturber l’intention narrative, qui n’est plus qu’historique et technique. Très technique parfois, vue la quantité d’expressions pointues et typiques du microcosme aéronautique, ou les nombreux acronymes spécifiés par des renvois en bas de pages. Mais cet aspect n’est pas pour rebuter le public amateur du registre, bien au contraire. Restent des dialogues et pensées peut-être un chouillas ampoulés ou descriptifs… mais ce parti-pris est au service de la limpidité narrative. Les lecteurs apprécieront surtout l’élégance et la précision du trait de Dauger, une sorte de ligne claire ultra-documentée, rigoureuse et complétée par une colorisation ad hoc. En virtuoses de la mise en scène aérienne, les auteurs surpassent sans souci l’écueil de la lisibilité des combats : il est ici toujours facile de se repérer en 3D dans le ciel. En bonus, un cahier graphique de 8 pages est offert en fin de la première édition.

voir la fiche officielle ISBN 9782888906469