parution 28 octobre 2009  éditeur Paquet  collection Cockpit
 Public ado / adulte  Thème Guerre

Ciel en ruine T3

Horrido

Dans les cieux d’une Allemagne agonisante, le baroud d’honneur de quelques soldats dont Nikolaus, un jeune pilote, sur lequel veille un bien drôle de conseiller. Une belle idée, mangée par une surabondance de détails techniques.


 Ciel en ruine T3 :  Horrido  (0), bd chez Paquet de Pinard, Dauger
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2009

L'histoire :

En 1945, dans une Allemagne qui vacille sous les bombardements ennemis, Nikolaus Wedekind, un jeune pilote de la Luftwaffe, signe ses premiers exploits dans un ciel en guerre… Parés de roquettes dernier cri, l’avion du jeune homme et ceux de ses compagnons d’armes ne tardent pas à provoquer un véritable carnage dans les rangs ennemis. Cependant, il s’agit de ne pas s’éterniser trop longtemps lors d’un engagement : la supériorité numérique des yankees ne laisse aucune chance à Nikolaus et à ses camarades de combat. Pourtant, l’intrépide sous-officier prolonge le plaisir un peu plus, n’hésitant pas à prendre en chasse le moindre appareil mettant en danger l’un des siens. L’acte téméraire le met cependant rapidement sous le feu d’un Mustang américain. Il échappe de justesse à la catastrophe, grâce au secours de Lothar, et rentre à la base sans trop de dégât. Sur terre, le repos est de courte durée : des Marauder ennemis viennent pilonner l’aérodrome, contraignant l’escadron à reprendre les airs pour éviter d’être décimé. Nikolaus et quelques autres parviennent à décoller, pour faire un triste constat : plusieurs appareils ont été abattus et les bombes à fragmentation anti-piste ont rendu la piste inutilisable pour un moment. Il va falloir trouver désormais une autre base d’accueil pour poursuivre les combats : pas question de baisser les bras, même si tout semble perdu et que Nikolaus voudrait que la paix soit enfin prononcée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Installée confortablement au sein de la collection Cockpit depuis 3 opus, Ciel en ruine offre un récit guerrier doublement singulier. Il y a d’abord le choix de l’angle narratif qui, intelligemment, nous fait prendre place aux cotés de soldats se sentant sacrifiés, au moment où leur pays est broyé par la vague alliée. Il y a ensuite cette brèche fantastique incarnée par le diable qui, sous les traits d’un toutou bavard, distille de savoureux conseils permettant de tester les valeurs morales de notre jeune héros. En gros : de l’historico-guerrier mâtiné d’une revisite superficielle du mythe de Faust. Cette idée n’a d’ailleurs rien de saugrenue : rien de tel, pour le rendre original, passionnant et digne de l’intérêt du plus grand nombre, qu’un récit multipliant les pistes d’explorations pour agir sur notre lecture, comme de véritables petits aiguillons. Cependant, forte de cette belle idée, l’intrigue s’est trop souvent contentée de servir d’alibi à un récit construit pour les passionnés d’aviation. Cet opus en est d’ailleurs l’exemple frappant : la profusion de références technico-techniques et la place faite aux manœuvres aériennes occupent les 2/3 de l’album, pour devenir le véritable moteur du récit. Dans ces conditions, peu de chance d’intéresser le profane (voire pire : de ne pas l’ennuyer) et de lui donner envie de prendre place dans ce fameux Cockpit. Graphiquement Olivier Dauger rend une copie propre en réussissant à allier judicieusement ligne claire et mouvement : le choix des plans pour les scènes aériennes est à ce titre souvent judicieux. Dommage, donc, que l’album ne parvienne pas à nous transmettre les émotions de ces fervents amoureux de l’aviation.

voir la fiche officielle ISBN 9782888903239