parution 11 juillet 2018  éditeur Paquet  collection Chimère
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Le Dixième peuple T4

Mahes

La quête et la transmission d’un artefact puissant, le oudjat, par le guerrier Ded-Wen Mahes, aboutit à un rééquilibrage des forces divines… dans la mythologie d’avant la mythologie égyptienne. Fin de cycle pour une aventure de fantasy « différente ».


Le Dixième peuple T4 : Mahes (0), bd chez Paquet de Despujol
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2018

L'histoire :

Lors de la guerre des dieux-rois, un commando de guerriers Ded-Wen (des lions) génère un tunnel dans l’espace-temps, qui ressort à l’emplacement exact d’un grand prêtre Aana (des humains), au moment où ce dernier officie à une grande cérémonie. Leur objectif est de s’emparer d’un artefact emblématique de leur clergé : le oudjat, une sphère luminescente conférant un grand pouvoir, et judicieusement placé à l’extrémité d’un sceptre. La lutte est de courte durée : la magister Mout s’empare du oudjat et repart avec l’artefact dans l’autre sens dans l’espace-temps. Le jeune guerrier Anhour est fier d’annoncer à sa reine que la mission a été réussie par sa mère Mout. Mais la reine reçoit des informations contradictoires : le oudjat est déjà entre les mains d’autres ennemis, les khnoums (chèvres) ou les imenty (gazelles). La reine envoie aussitôt Anhour, ainsi que son meilleur guerrier Mahes, afin de récupérer le précieux objet. Mais ces deux-là passent des dizaines d’années à ne rien trouver. Quelques 35 ans et bien des mésaventures plus tard, ils se retrouvent par accident dans la savane et font le point sur leur triste destin. Le oudjat demeure introuvable et Mout erre comme une démente. On la repère facilement : un nuage de pluie l’accompagne en permanence au-dessus de sa tête…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Emmanuel Despujol, auteur complet de cette série, le reprécise en postface : Le dixième peuple imagine la mythologie d’avant la mythologie égyptienne. C’est-à-dire les rapports conflictuels et familiaux entre les dieux égyptiens, qui ont abouti au partage des domaines de compétence et des rapports de forces entre toutes les divinités du polythéisme. Etant donné que lesdits dieux avaient pour la plupart des apparences animalières, les protagonistes sont zoomorphiques. Sur ce plan, le dessin de Despujol est une grande plus-value : ses personnages (les félins surtout) sont expressifs et les scènes d’action particulièrement vivantes. Etant donné aussi que nous évoluons au cœur de la mythologie des mythologies, la narration s’articule sur de l’aventure et du fantastique, un genre très proche de l’heroïc-fantasy. De fait, le Dixième peuple appartient à un registre de fantasy différent du tout-venant. Bien plus original et frais d’un côté, mais aussi répondant à un rythme bizarre ou à des considérations temporelles et familiales qui semblent incohérentes. Par exemple, dans ce tome 4, Mout, la mère d’Anhour, se livre à une chorégraphie acrobatique et euphorique, après avoir déambulé comme une démente durant 35 ans dans la savane, alors qu’elle est sensée avoir plus de 70 balais. Mais après tout, dans un univers où on ressuscite comme on respire, tout est possible… Après la parenthèse du tome 3 autonome, ce tome 4 se raccorde ainsi, à la marge, aux évènements des deux premiers tomes : le schisme choc de Dahouti sur sa religion. Sur un faux-rythme séquentiel, avec un objectif un peu flou, l’épisode s’articule sur la possession / transmission de l’artefact oudjat, qui va aboutir à l’avènement du fameux Dixième peuple. Un cycle se boucle… Mais Despujol n’en a potentiellement pas terminé avec sa série et son contexte si particulier… à condition que les contributeurs au financement participatif qui est à l’origine de chaque tome, le suivent.

voir la fiche officielle ISBN 9782888908913