parution 29 avril 2009  éditeur Paquet  Public ado / adulte  Thème Guerre

Le passeur T2

Les ailes de l'espoir

1940, l'étau se resserre sur Stolz, un aviateur qui utilise sa machine pour convoyer fonds douteux vers la Suisse, mais aussi transporter des enfants juifs orphelins. Conclusion d'un diptyque manquant un peu d'épaisseur.


Le passeur T2 : Les ailes de l'espoir (0), bd chez Paquet de Verelst, Bingono, Sandoval
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2009

L'histoire :

Au début de la seconde guerre mondiale, prés de Zurich, Richard Stolz est au bord de la faillite : son avion, outil de travail précieux, est menacé d’être saisi par ses créanciers. Acculé, Stolz n’a pas d’autres solutions pour renflouer son entreprise que d’accepter la proposition de son ami Tessen, clerc d’avocat : organiser un pont aérien entre l’Allemagne et la Suisse, pour permettre à des officiers allemands véreux d’aller mettre à l’abri leurs économies (subtilisées aux familles juives déportées). Bien que l’idée de s’associer à ce manège le répugne, Stolz participe à l’aventure avec un peu plus de conviction lorsqu’il imagine avec Véra, la cousine de Tessen, utiliser ces convois pour conduire en lieu sûr des enfants juifs orphelins. Parfaitement huilée et bénéficiant d’un espace aérien dégagé par les bons soins des officiers soucieux de voir leur trésor arriver à bon port, la combine se déroule, un temps, à merveille. Néanmoins, la disparition d’un officier de la gestapo éveille les soupçons du pouvoir, peu enclin à voir disparaitre un fabuleux magot. Le commissaire zélé qui mène l’enquête découvre, à force d’interrogatoires musclés sur l’un des officiers qui a profité des services de Stolz, l’existence du petit aéroport d’où partent les convois. Conjointement, Véra apprend la mort de son mari, un officier de la Wehrmacht, dans un combat aérien. Elle a la mauvaise surprise, au retour d’une expédition, de découvrir sa maison investie par les nazis. L’avenir semble alors s’obscurcir quelque peu…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Mêlant aventure, récit guerrier et jolis navions, Le Passeur tente le pari original de séduire en construisant son intrigue autour d’un drôle de héros. Stolz, l’aviateur quasi ruiné, réalise en effet un parfait numéro d’équilibriste, en évoluant sur la frontière de l’inacceptable et de l’héroïsme vaillant : complicité de vols odieux et sauvetage valeureux. Dans la conclusion de ce diptyque, les rebondissements et drames se multiplient au tempo de ce que la période historique choisie a engendré. Bâtie sur une trame plutôt fertile et encadrée par des personnages suffisamment anguleux, l’histoire peine cependant à séduire totalement. On est notamment frustré par la rapidité avec laquelle le sujet est traité puis conclu ; privé de connaitre un peu plus des héros au potentiel attachant ; perdu parfois lors des transitions. Enfin, si ce n’est pour justifier la place de la série au sein de la collection Cockpit, on est surpris par le volume occupé par les scènes de combats aériens au regard de leur maigre importance dans le déroulement de l’intrigue. Le dessin de Brice Bingono sert correctement cette fin de série, même s’il se montre encore parfois un peu chargé, étouffant. Pétrie de bonnes intentions et posant un regard intéressant sur cette période historique, la série n’aura cependant pas réussi à prendre l’envol qu’elle semblait mériter.

voir la fiche officielle ISBN 9782888903024