parution 07 juillet 2009  éditeur Paquet  collection Calandre
 Public ado / adulte  Thème Policier

Les enquêtes auto de Margot T1

Le mystère de la traction 22

Une jeune journaliste tente de retrouver le dernier exemplaire de la légendaire Traction 22. Mais la fabuleuse auto a-t-elle réellement existé ? Scoop ou canular ? Ligne Claire, jolies filles et belles carrosseries...


Les enquêtes auto de Margot T1 : Le mystère de la traction 22 (0), bd chez Paquet de Marin, Van der Zuiden, Schmitz
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2009

L'histoire :

Septembre 1959. Dans les locaux parisiens de la rédaction d’Auto Revue, l’effervescence est à son comble : on s’apprête à sortir un numéro spécial pour les 25 ans de la Traction dans lequel scoops et inédits seraient les bienvenus. Pour faire retomber la pression, le rédacteur en chef propose à l’équipe un petit jeu : demander à Margot, la nouvelle stagiaire (qui pensait encore 2 semaines auparavant que Citroën était un sirop acidulé) de laisser quelques temps la rubrique des petites annonces pour faire un reportage sur la « 22 chevaux ». Les journalistes sont convaincus que la jeune donzelle va rapidement y perdre son latin : présentée au salon de 1934, la Traction 22 n’a jamais été commercialisée et seuls quelques accros en ont entendu parler. Après avoir interrogé concessionnaire Citroën et paternel, la jeune femme, pas si écervelée qu’elle n’y parait, commence à se demander si on ne lui a pas joué un mauvais tour. Elle persiste pourtant et oriente son enquête vers Francisque Genton, un ancien employé du quai Javel (la maison mère), présenté comme une mémoire vivante de la marque aux 2 chevrons. La rencontre n’est pas une partie de plaisir : le bonhomme ayant noyé son désespoir dans la boisson. Il apprend néanmoins à la jeune journaliste qu’en 1934, la veille où les exemplaires construits devaient être transformés en 11 CV, il a subtilisé pour quelques heures le fameux cabriolet. Mais plutôt que d’épater sa belle conquête, le temps d’une escapade à 140 km/h, il a gagné un licenciement : la Traction lui a été volée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ayant contracté dés son plus jeune âge le virus de l’automobile – et de la traction en particulier – c’est en connaisseur averti qu’Olivier Marin nous entraine sur les traces d’une 22 CV. S’appuyant sur l’hypothétique existence de cet engin, qui encore aujourd’hui fait courir le monde à quelques passionnés qui espèrent trouver le dernier exemplaire d’une voiture jamais commercialisée, le scénariste-dessinateur prend plaisir à faire revivre le mythe. Aidé d’Emilio Van Der Zuiden, il bâtit même à l’auto une destinée crédible et met ainsi un terme à une quête débutée à l’âge de 12 ans (les pages de supplément nous offrent l’ébauche d’une aventure réalisée à cet âge et intitulée Le mystère de la 22). Le scénario mis au service de cette ambition est simple et sans réelle surprise : il nous fait suivre de manière très linéaire, sans réussir à étonner, l’enquête de Margot, une pin-up « à la Berthet », qui prend aisément la pose et dont la surcharge mammaire empêche le mâle d’imaginer qu’elle possède un cerveau. Il y a une hésitation permanente entre humour, suspens, action ou parodie et on ne sait jamais si l’on doit lire l’album au second ou au premier degré. On partage ce sentiment pour l’héroïne, hésitant à ne voir en elle qu’un produit sexiste ou un personnage qui joue à fond la carte parodique du cliché. Car outre cet hommage à la légendaire auto, cet album est un véritable clin d’œil à la fameuse « ligne claire », tant sur le plan scénaristique que graphiquement (ceci explique peut être cela) : regardez la 6e case de la page 21 et sa fortuite « marque jaune », pour en être définitivement convaincu… Qu’on aime ou pas ce style (très rarement utilisé aujourd’hui), on ne peut que reconnaitre que c’est bien fait. Mieux, pourraient même dire certains, au risque de s’attirer l’ire des Dieux du 9e art, le trait se laissant gagner par des velléités de souplesse et de rondeur.

voir la fiche officielle ISBN 9782888903109