parution 24 octobre 2018  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Humour, Politique

Cyberfatale T1

Si ça sort, on est morts

La photo sur twitter du Président de la République en slip kangourou affole la cyber-sécurité du territoire français. Une « comédie réaliste » dans les arcanes sensible du Pentagone français… pas si burlesque ?


 Cyberfatale T1 : Si ça sort, on est morts (0), bd chez Rue de Sèvres de Cépanou, Oubrerie, Findakly
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2018

L'histoire :

A 4h du matin, au niveau R-1 du Balardgone (l’équivalent français du Pentagone), les trois militaires en poste à la cyber-sécurité du territoire se gaussent d’une photo affichée sur les réseaux sociaux, montrant le président de la République en slip kangourou. Or le temps de se demander si cela est un fake et l’image a déjà été retweetée des milliers de fois ! Au petit matin, l’affaire est dans tous les médias. Pour son premier jour au sein de ses nouvelles fonctions, Aurore Leroux, la jeune recrue « Legad » (officier chargée de faire respecter le droit cyber), va être en première ligne de cette affaire sensible. Notamment, l’amiral Duperré est convoqué d’urgence à l’Elysée en compagnie de son adjointe, l’austère Madame O. Car il n’est pas malin que les autres chefs d’Etat puissent se moquer du Président, alors même que celui-ci cherche à vendre des Rafales à l’Inde. Pour désamorcer cette mauvaise séquence politique, le conseiller spécial de l’Elysée propose de faire une opération de communication en contrepied : un reportage sur les arcanes de la cyberdéfense ! Gladys téléphone ainsi à un journaliste, Antoine Paulain, et elle imagine que cette accréditation spéciale et unique le rendra docile et facile à balader…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce (premier ?) tome de Cyberfatale se présente comme un cyber-thriller très réaliste d’un côté, car co- écrit par un scénariste travaillant réellement au sein du milieu hyper secret de la lutte contre le cyber-terrorisme. En plus de ce gradé de l’armée en activité (surnommé la « source »), le collectif « Cépanou » se compose aussi d’un vrai scénariste de BD et d’un documentariste spécialisé dans ce thème. D’un autre côté, l’album ne se prend clairement pas au sérieux, en utilisant un ton décalé et parfois burlesque. Cela débute par exemple par la publication sauvage sur les réseaux sociaux du Président de la République (on dit « PR ») en slip kangourou… Puis la chef des opérations de la cyberdéfense fantasme de se faire fesser par le conseiller stratégique de l’Elysée. Ou encore les pauses-pipi aux moments les plus tendus ; le réseau GSM dégradé au milieu des chèvres… Ce ton original cherche à briser les aspects d’ordinaire trop sérieux de l’espionnage, mais sans arriver à trouver le plein rendement immersif. A vrai dire, ce procédé aurait même tendance à nuire légèrement à la concentration et au suspens, que trouble encore l’utilisation du jargon spécifique du milieu. Certes, un glossaire se trouve en fin d’album. Mais quand bien même on aurait eu le bonheur de s’en apercevoir au début de la lecture, les allers-retours vers celui-ci ne permettent pas la limpidité de dialogues un peu techniques et tarabiscotés. On retrouve néanmoins ce ton parodique à travers les caricatures de Clément Oubrerie, qui permettent de (sou)rire de ces milieux très fermés. Car la parodie se décline dans les personnages et les faits, dont toute ressemblance avec des existants n’est évidemment pas fortuite : le président est un sosie de François Hollande, le ministre de la défense s’appelle « Morbihan », l’amiral est une caricature de l’authentique Coustillière, patron du cyber-militaire, et le nœud du problème se focalise sur un contrat sensible de vente de 40 Rafales à l’Inde (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?). D’après les auteurs, rien de trop sensible n’est révélé et/ou écorné. Cela dit, cet album aurait tout de même fait grincer quelques dents en haut-lieu. Cette hypothèse se révèlera fondée sur l’éventuelle publication d’un tome 2…

voir la fiche officielle ISBN 9782369815266