parution 21 mars 2018  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Policier

La Bobine d'Alfred

Une jeune garçon exilé à Los Angeles, se retrouve par hasard sur le tournage d’un film secret d’Alfred Hitchcock. Le rêve va bientôt tourner au film d’espionnage. Un one shot bien adapté d’un roman jeunesse de Malika Ferdjoukh.


La Bobine d'Alfred, bd chez Rue de Sèvres de Ferdjoukh, Pitz
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2018

L'histoire :

Harry, un vieil homme, arrive sur une île d’Ecosse. Il s’arrête à la Taverne of Jamaïca avec son épouse, Madeleine. Il a un rendez-vous qui le terrifie. Finalement, il y va, sonne à la villa Marie-Rose. Madame Homolka le reçoit. Pendant qu’il attend, il se souvient… En 1964, Harry Bonnet aide son père, qui travaille comme cuisinier dans un restaurant montmartrois. Celui-ci, cinéphile averti, reconnaît la star du muet Lina Lamont dans le restaurant et refuse de lui servir une demi-caille. Il demande à son fils de lui amener la caille entière. Au retour, Harry est giflé par le patron, et son père démissionne. Dans la rue, Lina Lamont les interpelle. La caille était excellente, elle embauche le père. Direction Beverly Hills. Harry se retrouve dans un décor de cinéma, somptueuse villa avec dépendances, piscine de rêve, voiture décapotable à 16 ans, sur les plages de Santa Monica ou Venice Beach… C’est là qu’il fait la connaissance de la magnifique Véronica West… Le soir même, son père part en smoking pour un mystérieux travail, et rentre au matin, des étoiles plein les yeux et des remerciements plein la bouche pour son employeuse, qui le « prête » à celui que Grant, le fils de Lina, appelle un « ogre »… Intrigué, Harry suit son père un soir. Il se retrouve sur un plateau de tournage top secret, nez-à-nez avec Alfred Hitchcock.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La Bobine d’Alfred est un roman paru à l’école des loisirs en 2013. L’adaptation en bande dessinée est réalisée par son auteur, Malika Ferdjoukh, fan absolue de Hitchcock et auteure d’un autre roman-hommage, Sombres Citrouilles. On croise ici aussi bien des personnages historiques, comme Hitchcock et un Franck Sinatra amateur de courses, que des personnages fictifs, logiquement les plus proches de l’action. Ainsi, Lina Lamont, star du muet, est l’insupportable blonde à la voix de fausset dans Singing in the rain (elle lance d’ailleurs à son fils un drôlissime « tu me vois dans le cavalier chantant à mon âge ? »). L’égérie de Hitchcock, Véronica West, n’a pas existé. Si le goût d’Hitch pour les actrices blondes était connu (Tippi Hedren, Grace Kelly, Ingrid Bergman…), c’est peut-être un nom-valise de Véronica Lake et Mae West, deux blondes incendiaires qu’Hitchcok aurait certainement aimé faire jouer… Comme dans le roman, les clins d’œil au Maître sont nombreux, de la gouvernante, madame Homolka, clin d’œil au film Sabotage dont l’acteur qui joue le héros et espion s’appelle Oscar Homolka, à la Taverne de la Jamaïque, dernier film anglais d’Hitchcock, avec l’immense Charles Laughton… L’histoire est sympathique. Le jeune français, des étoiles dans les yeux, vit un rêve éveillé, alors qu’il a dans les mains les premiers rushes du film testament de Hitchcock, Marie-Rose, l’adaptation d’une pièce de J.M. Barrie, l’auteur de Peter Pan. En réalité, Hitchcock a réellement tenté de réaliser cette pièce qu’il avait adorée, mais sans succès. Problème : le gamin va se faire voler la bobine… Ferdjoukh nous livre donc une histoire qui commence comme un récit initiatique et qui se termine comme un film d’espionnage… Bien aidée par Nicolas Pitz (Montana 1948, Les Jardins du Congo) qui livre une partition claire et colorée, facile et agréable à lire, où on reconnaît avec plaisir certaines gueules connues comme le grand Dean Martin… Ses paysages sont beaux et sereins, et participent aussi de l’ambiance légère et enveloppante de l’album.

voir la fiche officielle ISBN 9782369815464